meridienVaisseau

Les Méridiens et Les Vaisseaux Extraordinaires En Illustrations

45,00€

Description du produit

par
SUN Yong Xian

adapté, traduit et annoté
par
LIN Shi Shan

 

  • 104 pages en papier glacé de 150 g
  • Format A4 (21 X 29,7 cm)
  • ISBN 2-910589-32-3

La base de l’acupuncture-moxibustion, c’est avant tout le système des Méridiens et non les points d’acupuncture. Ce système comprend à la fois les « douze Méridiens normaux » et les « huit Méridiens singuliers » dits « huit Vaisseaux extraordinaires ». Fort de constater qu’il n’existait auparavant aucun ouvrage qui soit spécifiquement consacré à la fois à la description textuels de ces vingt Méridiens et aux illustrations en couleurs de ces derniers, l’auteur de cet ouvrage, un chercheur de l’Institut de médecine chinois de la province de Hu Bei (Chine), a dû étudier et confronter plus de 50 ouvrages classiques et modernes relatifs à l’acupuncture-moxibustion pour réaliser cet ouvrage.

Cet auteur nous rappelle que les « douze méridiens normaux » ne comportent pas uniquement les Jing Mai (branches principales ou trajets des méridiens au sens étroit du terme), mais également les éléments suivants qui font partie intégrale du système Jing Luo, à savoir :
– les Bie Luo (branches de liaison),
– les Jing Bie (branches distinctes),
– les Jing Jin (parties tendino-musculaires) dont 4 articles sont publiés dans l’ATC 17,
– les Pi Bu (parties cutanées).

Ces éléments sont donc également décrits et illustrués dans cet ouvrage.

Par ailleurs, il faut se rappeler que les Jing Mai (branches principales) comprennent non seulement les trajets simples qui sont les trajets externes sur lesquels se positionnent les points d’acupuncture, mais également :
– les trajets internes reliant les Méridiens aux organes internes,
– les trajets externes reliant les Méridiens entre-eux grâce aux points dits « jonction-croisement » (Jiao Hui Xue),
– les trajets internes et externes annexes.

Tous ces trajets font aussi l’objet d’une description et d’une illustration dans cet ouvrage. Or, dans la plupart des planches et des statuettes d’acupuncture actuellement diffusées en Chine ou ailleurs, figurent uniquement le tracé basique des Jing Mai (branche principale) c’est-à-dire les trajets externes simples mentionnés ci-dessus.

Pour illustrer tout cela, l’auteur a réalisé 44 grands et petits dessins en couleur répartis comme suit :
– Shou Tai Yin – Poumon (1 dessin),
– Shou Yang Ming – Gros Intestin (2 dessins),
– Zu Yang Ming – Estomac (3 dessins),
– Zu Tai Yin – Rate (4 dessins),
– Shou Shao Yin – Cœur (1 dessin),
– Shou Tai Yang – Intestin Grêle (3 dessins),
– Zu Tai Yang – Vessin (3 dessins),
– Zu Shao Yin – Reins (3 dessins, ici, exposés),
– Shou Jue Yin – Xin Bao Luo (1 dessin),
– Shou Shao Yang – San Jiao (3 dessins),
– Zu Shao Yang – Vésicule Biliaire (4 dessins)
– Zu Jue Yin – Foie (2 dessins),
– Du Mai (5 dessins),
– Chong Mai (2 dessins),
– Chong Mai (1 dessin),
– Dai Mai (1 dessin),
– Yang Qiao (1 dessin),
– Yin Qiao (1 dessin),
– Yang Wei (1 dessin),
– Yin Wei (1 dessin).

Plébiscité par de nombreux professeurs chinois connus, cet ouvrage apporte de nombreux enseignements inédits sur les trajets des Méridiens et fait de lui un outil de travail indispensable pour l’étude comme pour la pratique de l’acupuncture-moxibustion.

*****
 

1. Trajet des différents éléments du Méridien Zu Shao Yin – Reins

1.1 Le Jing Mai 经脉 (branche principale)

– Débutant en bas et de la face interne du cinquième orteil (repère 1 du dessin en bas à droite), le Jing Mai du Zu Shao Yin part en diagonale pour atteindre le centre de la plante du pied [où se trouve le point Yong Quan (1 Rn)].

– En remontant, il passe par le bas de la tubérosité du scaphoïde (repère 2 du grand dessin à gauche) avant de contourner la malléole interne par le haut (repère 3).

– Après cette dernière, il arrive à la face interne de la jambe où il croise le Zu Tai Yin au point San Yin Jiao (6 Rt) (repère 4).

– Dans la montée, il atteint le bord interne du creux poplité (repère 5) avant de longer la face interne de la cuisse (repère 6) et de rejoindre le Du Mai au point Chang Qiang (1 D.M.) (repère 7 du dessin en haut à droite).

– Après Chang Qiang (1 D.M.), il traverse le rachis (repère 8) avant de se lier au rein (repère 9). Ensuite, d’un côté, il descend rejoindre le Ren Mai aux points Guan Yuan (4 R.M.) et Zhong Ji (3 R.M.) avant de se connecter à la vessie (repère 10). De l’autre côté, il monte traverser le foie et le diaphragme (repère 11) avant d’entrer dans le poumon (repère 12) et de longer la gorge pour atteindre la racine de la langue (repère 13). Une branche se détache au niveau du poumon pour aller se connecter au cœur où elle est en contact avec le Jing Mai du Shou Jue Yin avant de se jeter à l’intérieur de la poitrine (repère 14).

– La branche externe se détache au niveau du périnée et part vers la face antérieure du corps avant de jaillir au bord supérieur de la symphyse pubienne (repère 15 du dessin à gauche et à droite). Ensuite, elle monte et traverse l’abdomen à une distance de 5 Fen par rapport à la ligne médiane (repère 16 du dessin à gauche). À 6 Cun au-dessus du nombril, elle monte diagonalement vers la poitrine pour arriver au niveau de la 5ème côte (à 2 Cun de la ligne médiane) avant d’atteindre le bord inférieur de la clavicule (repère 17).

1.2 Le Bie Luo 别络 (branche de liaison)

À partir du point Da Zhong (4 Rn) qui se trouve au bord postérieur de la malléole interne, le Bie Luo du Zu Shao Yin va vers le côté externe pour aller rejoindre le Jing Mai du Zu Tai Yang. Du côté interne, il monte en suivant le Jing Mai de ce Méridien pour entrer dans le corps [au niveau du point Chang Qiang (1 D.M.) avant de se connecter à la partie inférieure du cœur. Une branche se détache au niveau lombaire pour monter traverser les vertèbres lombaires.

1.3 Le Jing Bie 经别 (branche distincte)

Partant du Jing Mai de ce Méridien au niveau du creux poplité, le Jing Bie du Zu Shao Yin monte en se joignant au Jing Bie du Zu Tai Yang pour arriver au rein. Une branche se détache au niveau de la 14ème vertèbre (ou de la 2ème vertèbre lombaire). Ensuite, d’un côté, elle va rejoindre le Dai Mai, et d’un autre côté, elle monte pour aller au contact de la racine de la langue avant de sortir à la zone cervicale postérieure où elle se joint au Jing Bie du Zu Tai Yang.

1.4 Le Jing Jin 经筋 (partie tendino-musculaire)

Débutant à l’extrémité inférieure du 5ème orteil, le Jing Jin du Zu Shao Yin va vers le centre de la plante du pied avant de se joindre au Jing Jin du Zu Tai Yin. Il couvre alors le même trajet que celui du Zu Tai Yin jusqu’à la partie supérieure de la cuisse (deux « nœuds » se trouvent sur ce trajet). Après la cuisse, il longe la face interne de celle-ci pour aller former un « nœud » à côté des organes génitaux externes. Ensuite, il longe le rachis jusqu’à la zone cervicale postérieure avant de former un « nœud » à l’occiput où il se joint au Jing Jin du Zu Tai Yang. Une branche partant après le point Yong Quan (1 Rn) va vers le bas de la malléole interne avant de former un nœud au niveau du talon où elle se joint au Jing Jin du Zu Tai Yang.

1.5 Le Pi Bu 皮部 (partie cutanée)

Le Pi Bu du Shou Yang Ming couvre les zones du trajet du Jing Mai et du Bie Luo de ce Méridien. Il s’étale principalement sur les zones suivantes : la plante du pied, la tubérosité du scaphoïde, la partie inférieure de la malléole interne, la partie postéro-interne de la jambe, du genou et de la cuisse jusqu’au périnée, du bord inférieur du pubis jusqu’à la poitrine en passant par l’abdomen.

 

*********