ATC 39 couverture

A.T.C. Recueil N° 39

23,00€

Textes sélectionnés, adaptés, traduits et annotés
par
LIN Shi Shan

  • 134 pages
  • Format A5 (14 cm x 20,5 cm)
  • ISBN 978-2-910589-60-9

 

Rubrique : Traitement du Shen (Esprit)

 1) Le traitement du Shen (Esprit) en acupuncture-moxibustion selon la thèse « le cerveau contrôle le Shen Ming (Clarté de l’Esprit) »

2) L’application clinique en acupuncture-moxibustion de la notion de « traitement du Shen (Esprit) » selon le Nei Jing 

3) L’acte acupunctural doit commencer par traiter le Shen 


Rubrique
 :
Traitement acupunctural des trois divisions Yang du « Shang Han Lun »

4) Les syndromes pathologiques de la division Tai Yang et le traitement différentiel en acupuncture-moxibustion 

5) Les syndromes pathologiques de la division Yang Ming et le traitement différentiel en acupuncture-moxibustion 

6) Les syndromes pathologiques de la division Shao Yang et le traitement différentiel en acupuncture-moxibustion 


Rubrique
:
Cas cliniques

7) Cas clinique du syndrome « Shang Han » (dommage du Froid) et du syndrome « Zhong Feng » (coup de vent) de la division Tai Yang 

8) Cas cliniques avec analyse 

 9) Cas clinique de prostatite aseptique 

10) Trois cas cliniques d’origine hystérique 


Rubrique
:
Maladie de Raynaud

11) 40 cas de maladie de Raynaud traités par le laser hélium-néon 

12) 32 cas de maladie de Raynaud traités par l’électropuncture 

 13) 33 cas de maladie de Raynaud traités par la méthode de manipulation d’aiguille “ le feu enflamme la montagne ” (Shao Shan Huo) 

 14) 44 cas de maladie de Raynaud traités par la formule « Tao Hong Si Wu Tang » 


Rubrique
:
Neuropathie diabétique

15) Les règles du traitement acupunctural de la neuropathie diabétique 

16) Les engourdissements et les douleurs des mains et des pieds de la neuropathie diabétique traités par acupuncture 

 

**********

 

Rubrique : Traitement du Shen (Esprit)

1) Le traitement du Shen (Esprit) en acupuncture-moxibustion selon la thèse « le cerveau contrôle le Shen Ming (Clarté de l’Esprit) » par SHEN Dong Yuan 申东原, sous la direction du professeur LI Ding 李鼎 (Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Shang Hai)
Ces dernières années, les théories concernant le fonctionnement du cerveau en MTC sont largement acceptées par les praticiens de cette médecine en Chine. C’est dans ce contexte que la thèse « le cerveau contrôle le Shen Ming » est prise en considération par de nombreux érudits. Ce texte essaie d’éclaircir la notion de « traitement du Shen (Esprit) » selon cette thèse.
1. La thèse « le cerveau contrôle le Shen Ming » et la thèse « le Cœur contrôle le Shen Ming »
2. L’application en acupuncture-moxibustion du principe « traitement du Shen (Esprit) » (Zhi Shen 治神)
3. Le « traitement du Shen » en acupuncture-moxibustion selon la thèse « le cerveau contrôle le Shen Ming »
– Dans le « traitement du Shen », le patient doit avoir un état mental stable
– Le « traitement du Shen » exige que le patient parvienne à « entrer dans le calme » (« Ru Jing 入静 »)
4. Quelques recommandations dans le « traitement du Shen » par l’acupuncture-moxibustion

2) L’application clinique en acupuncture-moxibustion de la notion de « traitement du Shen (Esprit) » selon le Nei Jing par CHEN Huan 陈欢 (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Wu Han)
En MTC, le « Shen (Esprit) 神 » correspond à ce qu’on appelle le « Shen Qi 神气 » (Esprit-énergie). Ce Shen est à la fois celui qui dirige les
activités vitales du corps et celui des manifestations externes de ces activités. Le Shen est donc un indice important de l’état de notre santé. Sa maîtrise fait partie de ce que le Nei Jing dénomme « traitement du Shen (Esprit) » (Zhi Shen 治神) qui concerne surtout la pratique de l’acupuncture-moxibustion. Il s’agit là de la maîtrise de soi que le praticien doit posséder et d’un certain état d’esprit que le patient doit présenter.
– Le Shen (Esprit) du praticien
– Le Shen du patient
– Le Shen des proches du patient
– Conclusion

3) L’acte acupunctural doit commencer par traiter le Shen par ZHANG Zhi 张智 (Hôpital Liang Mian Jing du district Zhang Bei, province de He Bei)
Le caractère « Shen 神 » (Esprit) est un terme générique désignant les activités vitales du corps. Au sens large, le Shen désigne les expressions externes des activités vitales de l’ensemble du corps. Dans ce sens, le Shen, c’est la vie. Au sens étroit, le Shen désigne les activités mentales. Dans ce sens, le Shen, c’est l’esprit.
Le Shen, ce sont les expressions externes des activités vitales du corps. Cependant, le Shen ne saurait pas exister sans le corps. Sans le corps physique, il n’y a pas de Shen. La bonne santé du corps procure la vigueur du Shen. La faiblesse du corps entraîne la fatigue du Shen. Dans la pratique acupuncturale, le Shen auquel on doit faire face est le Shen au sens large. C’est un facteur important qui conditionne tout le processus de l’acte acupunctural.
– Observer attentivement le Shen
– Le patient doit garder son Shen au calme
– Le praticien doit « traiter » son propre Shen
– Le traitement par la régulation du Shen

***

Rubrique : Traitement acupunctural des trois divisions Yang du « Shang Han Lun »

4) Les syndromes pathologiques de la division Tai Yang et le traitement différentiel en acupuncture-moxibustion par OU-YANG Ba Si 欧阳八四 (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Su Zhou, province de Jiang Su)
1. Les caractéristiques physiologiques de la division Tai Yang
2. Les caractéristiques pathologiques de la division Tai Yang
3. Le traitement différentiel en acupuncture-moxibustion
4. Exemples de traitement des syndromes de la division Tai Yang
– Le syndrome « Shang Han » (dommage du Froid)
– Le syndrome « Zhong Feng » (coup de Vent)
– Le syndrome de stagnation bénigne des Xie Qi dans la couche superficielle (Biao Yu Qing Zheng 表郁轻证)
– Syndrome « Xu Shui 蓄水 » (accumulation d’eau)
– Syndrome « Xu Xue 蓄血 » (accumulation de sang)
5. Cas clinique typique

5) Les syndromes pathologiques de la division Yang Ming et le traitement différentiel en acupuncture-moxibustion par OU-YANG Ba Si 欧阳八四 (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Su Zhou, province de Jiang Su)
1. La physiologie des Méridiens Yang Ming
2. L’atteinte de la division Yang Ming
3. Le traitement général de l’atteinte de la division Yang Ming
4. Le traitement des syndromes courants de la division Yang Ming
– Le « Yang Ming Jing Zheng 阳明经证» (syndrome de Chaleur dans les Méridiens Yang Ming)
– Le syndrome « Yang Ming Fu Zheng阳明腑证 » (syndrome de Chaleur dans les organes Yang Ming)
– Le syndrome « Pi Yue 脾约 » (contrainte de la Rate)
– Le syndrome « Yang Ming Han Zheng 阳明中寒证 » (« coup de Froid » du Yang Ming)

6) Les syndromes pathologiques de la division Shao Yang et le traitement différentiel en acupuncture-moxibustion par OU-YANG Ba Si 欧阳八四 (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Su Zhou, province de Jiang Su
1. La physiologie des Méridiens Shao Yang
2. L’atteinte de la division Shao Yang
3. Le traitement général de l’atteinte de la division Yang Ming
4. Le traitement des syndromes courants de la division Shao Yang
A. Le syndrome principal de la division Shao Yang
B. Le syndrome « Xiao Chai Hu Tang 小柴胡汤 » (Syndrome « petite décoction de Chai Hu »)
C. Les syndromes de complications de la division Shao Yang :
– Le syndrome Shao Yang associé au syndrome Tai Yang
– Le syndrome Shao Yang associé au syndrome Yang Ming
– Le syndrome Shao Yang associé au syndrome Shui Yin (Eau-Glaire)
5. Cas clinique typique

***

Rubrique : Cas cliniques

7) Cas clinique du syndrome « Shang Han » (dommage du Froid) et du syndrome « Zhong Feng » (coup de vent) de la division Tai Yang par DING Wen 丁文 (Clinique de l’Agence forestière du district « A Li He » de la Mongolie Intérieure)
L’atteinte de la division Tai Yang entraîne principalement le syndrome « Shang Han » (dommage du Froid) et le syndrome « Zhong Feng » (coup de Vent). Quand on traite l’un de ces deux syndromes, on doit bien les distinguer.
1. Cas clinique du syndrome « Shang Han » (dommage du Froid) de la division Tai Yang
Ce cas clinique présente les principaux signes cliniques suivants : crainte du froid (frissons) sans transpiration, toux avec une légère dyspnée, maux de tête et douleurs corporelles (courbatures), pouls Fu (superficiel) et Jin (tendu). Le traitement consiste à disperser le Froid en libérant la couche superficielle. Il s’agit là des effets thérapeutiques que procure la formule « Ma Huang Tang » (Décoction de Ma Huang) mentionnée dans le Shang Han Lun. L’auteur de cet article guérit ce cas clinique en deux séances d’acupuncture.
2. Cas clinique du syndrome « Zhong Feng » (coup de vent) de la division Tai Yang
Ce cas clinique présente les principaux signes cliniques suivants : crainte du Vent avec transpiration, maux de tête et douleurs corporelles (courbatures), pouls Fu (superficiel) et Huan (relâché). Le traitement consiste à disperser le Vent en libérant la couche superficielle et à harmoniser le Wei Qi (Qi défensif) et le Ying Qi. Il s’agit là des effets thérapeutiques que procure la formule « Gui Zhi Tang » (Décoction de Gui Zhi). L’auteur guérit ce cas en une seule séance d’acupuncture.

8) Cas cliniques avec analyse par CHANG Bao Qi 常宝琪 (Bureau de recherches en acupuncture-moxibustion de l’Institut de recherches en médecine chinoise de Chine)
1. Cas clinique de prodrome du Zhong Feng (attaque du vent ou accident vasculaire cérébral)
Ce cas clinique relève du prodrome du Zhong Feng (attaque du vent ou accident vasculaire cérébral) de type Qi Xu (déficit du Qi). Le premier diagnostic a été mal posé, d’où un traitement erroné.
Dans la pratique, il ne faut pas commettre l’erreur de ne pas distinguer le syndrome Xu (Déficience) du syndrome Shi (Plénitude). Ces deux syndromes doivent être bien vérifiés puis distingués. Par ailleurs, les douleurs dont souffre la patiente sont des douleurs intermittentes. Elles sont conditionnées par la variation quantitative et journalière du Qi et du Xue. Quand le Qi et le Xue sont abondants, elles s’arrêtent. Quand ils sont insuffisants, elles se déclenchent. Ce type de douleur est très différent de celle d’origine rhumatismale qui est constante ou persistante.
2. Cas clinique de névralgie du trijumeau
Ce cas clinique correspond à une céphalée due à l’Humidité-Chaleur siégeant à la fois dans la division Shao Yang et la division Yang Ming. À la première consultation, le diagnostic a été négligé, faute d’être suffisamment détaillé ; d’où l’erreur.
Ce cas de migraine (en relation avec une névralgie du trijumeau) est une céphalée difficile à traiter. Le diagnostic doit être global et basé sur la différenciation des syndromes physiopathologiques. La clé du traitement de cette douleur est celle qui consiste à expulser les Xie Qi et à soutenir le Zheng Qi.
3. Cas clinique de palpitations
Dans ce cas clinique, le Yang Qi est déficitaire et faible. Ce qui permet au Shui Yin et au Tan (Mucosités) de stagner et de s’accumuler avant de monter agresser le Cœur, d’où les palpitations. On appelle ce phénomène en MTC « l’Eau prend la place du Feu ».
Dans le premier diagnostic, le Xue est déficitaire et il ne peut plus nourrir correctement le Cœur, d’où les palpitations et les troubles du sommeil. Le traitement consiste alors à nourrir le Xue et à calmer le Cœur. Le Xue est un élément de nature Yin tout comme le Shui Yin (Eau-Glaire). Nourrir le Xue, c’est aider le Yin voire aider le Shui Yin, ce qui aggrave la maladie.

9) Cas clinique de prostatite aseptique par WANG Hui Dong 王会东 (Hôpital de la mine « Ma Jia He » du groupe Kai Luan, dans la ville de Tang Shan, province de He Bei)
L’auteur de cet article a réussi à traiter un cas de prostatite aseptique (rarement rapportée dans la presse spécialisée chinoise) ayant le tableau clinique suivant : douleurs abdominales permanentes avec gonflement du bas-ventre depuis plus de 6 mois, aggravation de ces douleurs par la chaleur dégagée d’un poêle (de charbon), par l’eau chaude de la douche et par les rayons infra-rouges, pollakiurie avec urine jaune, urodynie, selles écumeuses non moulées 5 à 10 fois par jour, mauvais appétit avec dyspepsie, nervosité, lourdeur et perte de force dans les quatre membres, vertiges avec éblouissements. Il a été examiné dans un hôpital qui a posé le diagnostic de prostatite aseptique. Il a pris par la suite – et pendant une longue période – des médicaments chinois et occidentaux, mais sans résultat.

10) Trois cas cliniques d’origine hystérique par HUANG Xing Yi 黄兴义 (Hôpital populaire de la province de Hai Nan, dans la ville de Hai Kou)
1. Aphasie hystérique
L’aphasie hystérique fait partie du domaine « Zang Zao 脏躁 » (littéralement « agitation des organes »). Dans ce cas clinique, il y a d’abord une lésion des Luo Mai (ramifications ou vaisseaux secondaires) puis une entrave du Qi du Cœur. Il en résulte que les orifices du Cœur sont obstrués, d’où l’aphasie. Le traitement consiste alors à ouvrir les orifices du Cœur et à réguler les mouvements du Qi.
2. Dysphagie hystérique
La dysphagie hystérique correspond à ce que la MTC appelle le « Mei He Qi梅核气 » (gaz de noyau de prune).  Chez la patiente de ce cas clinique, il y a un excès des états anxieux et dépressifs qui engendrent un blocage du Qi du Foie. Ce blocage entraîne la formation de Tan (Mucosités). Une fois formé, le Tan s’associe au Qi stagnant pour entraver la gorge, la poitrine ou le diaphragme. Le traitement consiste à : réguler le Qi et éliminer le Tan, lever le blocage et désentraver la gorge.
3. Hoquets hystériques
Les hoquets hystériques font partie du domaine « Ben Tun 奔豚 »  (syndrome de « cochon courant ») de la MTC. Ils sont souvent en relation avec la colère entraînant l’excès du Foie-Bois. Devenu excessif, ce dernier perturbe le bon fonctionnement de la Rate et de l’Estomac (organes « Terre ») en causant une montée à contre-courant du Qi, d’où des hoquets fréquents et très forts. Le traitement consiste à : réguler le Shen, calmer le Cœur, éliminer la blocage et la stagnation du Qi de la Rate et de l’Estomac. Le rétablissement des mouvements du Qi entraîne l’arrêt automatique des hoquets

***

Rubrique : Maladie de Raynaud

11) 40 cas de maladie de Raynaud traités par le laser hélium-néon par SUN Qi Li 孙旗立, CHEN Zhi Shui 陈治水, NIE Zhi Wei 聂志伟 et LI Shu Jing 李淑京 (Service de médecine chinoise de l’Hôpital n° 211 de l’Armée de libération basée dans la ville de Ha Er Bin, province de Hei Long Jiang)
La maladie de Raynaud fait partie du domaine « Mai Bi 脉痹 » de la MTC. Elle est souvent en relation avec l’un des deux problèmes suivants :
– Déficit du Qi et du Xue causant une dystrophie des Jing Mai,
– Froid pathogène siégeant dans les Jing Mai entraînant une mauvaise circulation dans les Luo Mai (ramifications ou vaisseaux secondaires).
Les auteurs de cet article en a traité 40 cas en employant les points Jing-puits et le laser. L’efficacité globale de son traitement est de 100 % :
– Guérison (disparition complète des signes et des symptômes, rétablissement de la microcirculation du repli unguéal : 26 cas (65%).
– Grande amélioration (disparition quasi complète des signes et des symptômes, amélioration nette de la microcirculation du repli unguéal) : 10 cas (25%)
– Amélioration moyenne (diminution des signes et des symptômes, amélioration de la microcirculation du repli unguéal) : 4 cas (10%).

12) 32 cas de maladie de Raynaud traités par l’électropuncture par JIN Ming Yue 金明月 (Hôpital de médecine chinoise du district de Chang Ji, province de Xin Jiang)
Dans la maladie de Raynaud, on constate une insuffisance du Qi et du Xue, une dysharmonie du Ying Qi et du Wei Qi, une obstruction des Luo Mai (ramifications ou vaisseaux secondaires), une dystrophie de la peau et une entrave du Vent-Froid. C’est la raison pour laquelle cette maladie peut correspondre à ce que la MTC dénomme le « Pi Bi 皮痹 » (rhumatisme de la peau). Mal traitée, elle peut entraîner une insensibilité voire un épaississement et un endurcissement de la peau (sclérodermie) ou une tuméfaction puis un ulcère de la peau. Le traitement consiste à harmoniser le Ying Qi et le Wei Qi, à réchauffer et à désentraver les Xue Mai (vaisseaux sanguins), à éliminer le Yu Xue (sang stagnant ou coagulé) et à lever les obstructions.
Bilan :
– Guérison (disparition des douleurs et récupération des mouvements des doigts et des orteils avec la possibilité de travailler normalement, rétablissement de la coloration de la peau et des mouvements des doigts, disparition de la sclérodermie et des ulcères) : 13 cas (40,63%).
– Grande efficacité (diminution nette des douleurs, rétablissement de la coloration de la peau, disparition quasi complète de la sclérodermie et des ulcères) : 12 cas (37,5%).
– Efficacité moyenne (diminution moyenne des douleurs, de la sclérodermie et des ulcères, amélioration de la coloration de la peau) : 6 cas (18,75%)
– Sans efficacité (aucune amélioration) : 1 cas (3,13%).

 13) 33 cas de maladie de Raynaud traités par la méthode de manipulation d’aiguille “ le feu enflamme la montagne ” (Shao Shan Huo) par XU Wen Liang 徐文亮 et WANG Yan Li 王艳丽 (Hôpital de médecine chinoise de la région Shu Xian dans la province d’An-Hui)
Selon la médecine occidentale, la maladie de Raynaud est causée par une vasoconstriction paroxystique des petites artères des extrémités des membres causant des troubles fonctionnels des nerfs vasculaires. Les crises surviennent souvent en hiver ou par le temps froid. C’est une maladie à évolution lente frappant notamment les femmes. La sémiologie de cette maladie permet de dire qu’elle correspond au domaine « Xue Bi 血痹 » (obstruction du sang).
L’étiopathologie de la maladie de Raynaud peut être déduite de la manière suivante : Le Froid pathogène profite de la faiblesse du corps pour pénétrer dans le corps en traversant la peau et les poils avant de siéger dans les Jing Luo en causant une disharmonie entre le Yin et le Yang. Ainsi, le Qi et le Xue sont entravés d’où la pâleur des bouts des doigts et des orteils, la cyanose, les engourdissements et les douleurs.
Bilan :
– Guérison (disparition des signes et symptômes, pas de rechute plus d’un an) : 19 cas (57,6%).
– Grande efficacité (disparition des signes et symptômes, rechute éventuelle par le contact avec le froid ou par l’eau froide. En cas de rechute, le même traitement réappliqué peut empêcher la rechute) : 12 cas (36,3%).
– Efficacité moyenne (disparition quasi complètement des signes et des symptômes) : 2 cas (6,1%).
– L’efficacité globale est de 100%.

 14) 44 cas de maladie de Raynaud traités par la formule « Tao Hong Si Wu Tang » par LONG Kuan Bin 龙宽斌 (Hôpital populaire du district Ping Shun, province de Shan Xi)
La maladie de Raynaud est essentiellement en relation avec une suractivité des nerfs sympathiques ou avec une modification morbide de la paroi artérielle. Il en résulte que, lors du contact avec le froid ou d’une perturbation émotionnelle, la terminaison capillaire entraîne des réactions allergiques face à ces stimulations. Elle se contracte avant de se dilater. En MTC, cette maladie correspond au domaine « Xue Bi » (rhumatisme du sang). Son siège se trouve au niveau des Xue Mai (vaisseaux sanguins). Sa pathologie est un déficit du Xue (sang) qui ne peut plus nourrir les Jing Mai et laisse le Froid pathogène pénétrer dans ces derniers et y gêner la circulation du Qi et du Xue. C’est la raison pour laquelle le traitement consiste à nourrir et à harmoniser le Xue, à désentraver le Yang et à dégager les facteurs rhumatismaux. La formule « Tao Ren Si Wu Tang » est conçue à partir de la formule « Si Wu Tang » avec l’addition de TAO REN (Semen Persicae) et de HONG HUA (Flos Carthami). Elle traite principalement des affections menstruelles en relation avec le déficit et la stase du Xue (sang).
Résultats : Tous les cas traités (44 cas) ont été guéris. Les 35 cas dont la durée de la maladie est de moins d’un an ont été traités entre 30 à 60 jours. Parmi les cas dont la durée est de plus d’un an, 9 ont nécessité 60 à 80 jours de traitement et 3, plus de 4 mois.

***

Rubrique : Neuropathie diabétique

15) Les règles du traitement acupunctural de la neuropathie diabétique par YANG Xiu Juan 杨秀娟, sous la direction du professeur ZHANG Zhi Long 张智龙 (Université de médecine et de pharmacologie de la ville de Tian Jin, province de He Bei)
Voici la pathologie du diabète selon le professeur ZHANG Zhi Long:
– Déficience de la Rate avec abondance d’Humidité. Celle-ci est le facteur favorable de la survenue du diabète.
– Atteinte simultanée de la Rate et de l’Estomac.
– Troubles dans les mouvements ascendants et descendants du Qi de la Rate et de l’Estomac.
En conséquence, on cherche surtout à réguler les fonctions de la Rate et de l’Estomac dans le traitement du diabète. Ainsi, dans la neuropathie diabétique qui l’une des complications du diabète, on cherche aussi à traiter d’abord ces deux organes avant d’appliquer d’autres traitements complémentaires.
1. L’importance de la régulation de la Rate et de l’Estomac
2. L’importance du déblocage et de la régulation du Shao Yang
3. L’importance de la régulation du Qi et du Xue
4. L’importance du réchauffement et de la désobstruction des Jing Mai
5. La possibilité d’appliquer la saignée
6. Cas cliniques

 16) Les engourdissements et les douleurs des mains et des pieds de la neuropathie diabétique traités par acupuncture par YUAN He Ting 袁鹤庭 (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital populaire n° 1 de la ville de Yang Zhou, province de Jiang Su)
La neuropathie diabétique est la complication chronique la plus souvent observée dans le diabète. Elle est surtout marquée par des engourdissements et des douleurs symétriques des mains et des pieds. De juillet 2003 à juin 2005, l’auteur de ce texte a participé à la 20ème mission d’aide humanitaire chinoise en Tanzanie et il a été affecté au service d’acupuncture-moxibustion de l’hôpital central de la ville de Zanzibar (Hôpital Mnazi Mmoja). Il a traité 126 cas de cette complication diabétique avec de bons résultats en employant les « Wu Shu Xue » (les cinq point Shu ou les points Shu antique).
– Grande efficacité (disparition des engourdissements et des douleurs, absence d’amyotrophie) : 45 cas (35,71%).
– Efficacité moyenne (amélioration nette des engourdissements et des douleurs) : 68 cas (53,97%).
– Sans efficacité (aucune amélioration) : 13 cas (10,32%).
– L’efficacité globale est de 89,68%).

**********