couverture 44 pour le site

A.T.C. Recueil N° 44

23,00€

Textes sélectionnés, adaptés, traduits et annotés
par
LIN Shi Shan

  • 144 pages
  • Format A5 (14 cm x 20,5 cm)
  • ISBN 978-2-910589-65-3

 

Rubrique : Gan Mao (rhume, état grippal et grippe)

1) Traitement du Gan Mao (rhume, état grippal, grippe) par la pharmacopée chinoise selon la différenciation des syndromes physiopathologiques

2) Traitement du Gan Mao par l’acupuncture-moxibustion et selon la différenciation des syndromes physiopathologiques

3) Le traitement du Gan Mao par la saignée de Da Zhui (14 D.M.) et de Tai Yang (PCA 50)

4) Le traitement du Gan Mao par la saignée avec un picotement d’aiguille des points Shu dorsaux associée à la moxibustion sur gingembre du point Da Zhui (14 D.M.)

5) Le traitement du Gan Mao de type Vent-Chaleur par la saignée de Da Zhui (14 D.M.) avec un picotement d’aiguille

6) La grippe épidémique traitée par la puncture de Da Zhui (14 D.M.) et de Zu San Li (36 E.)

Rubrique : Lésions méniscales

7) Le traitement des lésions méniscales par l’acupuncture-moxibustion

8) Le traitement par l’acupuncture-moxibustion de lésions méniscales consécutives à une arthroscopie

9) Les effets sur les patients atteints de lésions méniscales de la prise par voie orale de la pharmacopée chinoise associée à l’échauffement du manche des aiguilles au moxa

Rubrique : Maladie de Lyme

10) Recherche sur les orientations diagnostiques et thérapeutiques de la maladie de Lyme en médecine chinoise

11) Maladie de Lyme traitée en médecine chinoise selon la différenciation des formes physiopathologiques

12) Expérience clinique du traitement d’un cas de « syndrome post-Lyme » par l’usage de l’acupuncture et de la pharmacopée chinoise

13) Première observation sur l’efficacité du traitement de la maladie de Lyme par l’association des médecines chinoise et occidentale

Rubrique : Expériences des maîtres dans le traitement des douleurs

14) Choix des points acupuncturaux couramment  employés par la professeure DAN Qiu Hua  pour arrêter les douleurs

15) Exploration des règles du choix des points traitant les douleurs en acupuncture-moxibustion

**********

Rubrique : Gan Mao (rhume, état grippal et grippe)

 1) Traitement du Gan Mao (rhume, état grippal, grippe) par la pharmacopée chinoise selon la différenciation des syndromes physiopathologiques Source : « Zhong Yi Nei Ke Xue 中医内科学 » (Étude de la branche interne de médecine chinoise), cours magistral de l’« Institut de médecine chinoise de Shanghai 上海中医学院 » (devenu de nos jours l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Shanghai  上海中医药大学), rédigé collectivement par HUANG Wen Dong黄文东, CHENG Men Xue程门雪, JIN Shou Shan金寿山, ZHANG Bo Yu张伯臾, publié la première fois en 1972 puis révisé dans les décennies suivantes.

 Le « Gan Mao 感冒 » (littéralement « être atteint et contracter ») comprend le rhume, l’état grippal et la grippe de la médecine occidentale. Ce sont des maladies courantes de grande prévalence qui frappent des millions d’êtres humains chaque année dans le monde entier. Certes, dans la plupart des cas, ces maladies ont une évolution limitée et peuvent se guérir naturellement avec ou sans traitement. Cependant, dans certains cas, le rhume ou l’état grippal persiste et la grippe en elle-même peut entrainer des complications graves, responsables de plus de dix mille décès par an en France. Bien que ces maladies se guérissent avec ou sans difficultés, elles peuvent, chez des personnes de faible constitution, récidiver souvent la même année ou plusieurs années de suite.

L’article n° 1 de ce recueil est un texte complet et riche d’enseignements permettant justement de bien étudier le Gan Mao du point de vue de la MTC. Après une analyse détaillée sur l’étiopathologie du Gan Mao, ce texte rapporte le traitement par la pharmacopée des différents types de Gan Mao : Vent-Froid (rhume), Vent-Chaleur (état grippal et grippe), Canicule-Humidité (grippe intestinale ou gastro-entérite), « déficit ou à insuffisance de Qi » (observé chez les patients de faible constitution), « déficit ou insuffisance de Yin ». Ce texte révèle également des traitements préventifs par les plantes médicinales chinoises.

2) Traitement du Gan Mao (rhume, état grippal, grippe) par l’acupuncture-moxibustion  et selon la différenciation des syndromes physiopathologiques Source : « Zhong Guo Zhen Jiu Zhi Liao Xue 中国针灸治疗学 » (Étude du Traitement en Acupuncture-Moxibustion Chinoise), sous la direction de CHEN You Bang 陈佑邦, publié à Beijing en 1990 par « Zhong Guo Ke Xue Ji Shu Chu Ban She 中国科学技术出版社 » (Éditions technoscientifiques de Chine)

Ce texte donne le traitement par l’acupuncture-moxibustion pour tous les cas de Gan Mao mentionnés dans l’article n° 1. Il apporte de plus le Gan Mao de type « déficit de Yang ». Le lecteur y trouvera aussi le traitement des symptômes marquants du Gan Mao tels que les maux de tête (douleur frontale, douleur occipitale, douleur du vertex, hémicrânie), maux de gorge, vomissements, diarrhée, obstructions nasales. Il nous fait connaître également  un groupe de trois points traitant spécifiquement la grippe et dénommé « San Shang » (littéralement « les trois Shang »).

 3) Le traitement du Gan Mao par la saignée de Da Zhui (14 D.M.) et de Tai Yang (PCA 50 /PC 2 / P.E-C.F. 5)  par YIN Feng Xin 殷风心, LIU Ye Qing 刘叶青 (Service de consultation médicale de la Banque de Chine du district de Chou Ping, province de Shan Dong 山东省邹平县中国银行门诊部)

En dehors de la pharmacopée chinoise et de l’acupuncture-moxibustion classique, la MTC emploie également la saignée pour traiter le Gan Mao. C’est une méthode simple à mettre en œuvre qui donne une grande efficacité avec des résultats rapides. Les auteurs de l’article n° 3 nous apprennent que la saignée appliquée sur Da Zhui (14 D.M.) et Tai Yang (PCA 50 /PC 2 / P.E-C.F. 5) peut traiter à la fois le Gan Mao de type Vent-Froid (rhume), celui de Vent-Chaleur (état grippal, grippe) et celui de Canicule-Humidité (grippe intestinale ou gastro-entérite). Parmi les 244 patients traités, 221 cas (90,57%) ont été guéris [dont 57 cas (23,36%) en une seule séance, 98 cas (40,16%) en deux séances et 66 cas (27,05 %) en trois séances.]

4) Le traitement du Gan Mao par la saignée avec un picotement d’aiguille des points Shu dorsaux associée à la moxibustion sur gingembre du point Da Zhui (14 D.M.)  par MA Sheng 马胜 et LI Yong Fang 李永芳 (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Qing Zhou, province de Shan Dong 山东省青州市中医院) ; MA Jun 马军 (Hôpital de l’Usine de machines de pression hydraulique de la ville de Qing Zhou, province de Shan Dong 山东青州市液压件厂)

Les auteurs de cet article associent la saignée des points Shu dorsaux à la moxibustion sur gingembre du point Da Zhui (14 D.M.)  D’après eux, cette méthode traite également les trois types de Gan Mao mentionnés dans l’article n° 3. Sur 52 cas traités, ils ont guéri (après 1 à 5 séances) 45 cas (86,5%) et amélioré 5 cas (9,6%).

5) Le traitement du Gan Mao de type Vent-Chaleur par la saignée de Da Zhui (14 D.M.) avec un picotement d’aiguille  par LI Jin Ming李金明, LIU Fang 刘芳 et HU Qiong Ying 胡琼英 (Hôpital populaire de l’arrondissement de Zhong Xian, dans la ville de Chong Qing, province de Si Chuan 四川省重庆市忠县人民医院)

Point de jonction entre le Du Mai et les six Méridiens Yang, Da Zhui (14 D.M.) peut désobstruer et activer la circulation du Qi dans ces Méridiens en expulsant les Xie Qi. Avec la saignée, ce point permet non seulement d’éliminer rapidement ces derniers mais également de stimuler la défense immunitaire. Les auteurs de l’article n° 5 traitent le Gan Mao de type Vent-Chaleur (état grippal et grippe) en appliquant seulement la saignée sur Da Zhui (14 D.M.) Sur 56 cas traités, 36 ont été guéris après 1 à 2 séances et 20 après 3 à 4 séances.

6) La grippe épidémique traitée par la puncture de Da Zhui (14 D.M.) et de Zu San Li (36 E.)  par WANG Chang You 王昌友 (Clinique du bourg de Zhang Jia Yu, district de Si Yang, province de Jiang Su 江苏省泗阳县张家玗卫生院)

Da Zhui (14 D.M.) permet de disperser la Chaleur et de neutraliser les Du (toxines, virus) alors que Zu San Li (36 E.) régule et harmonise le Yin et le Yang. Ensemble ces deux points mobilisent la défense du corps pour lutter contre les Xie Qi causant la grippe. Résultats après 1 à 3 séances sur 32 cas : 28 cas guéris (baisse de la fièvre, disparition de tous les signes et symptômes) et 4 cas améliorés (baisse de la fièvre, amélioration nette de tous les signes et symptômes).

 

Rubrique : Lésions méniscales

7) Le traitement des lésions méniscales par l’acupuncture-moxibustion par JIN Song 晋松et ZHANG Chun Xie张春霞 (Institut d’acupuncture-moxibustion et de massage de l’Université de médecine et de pharmacologie de la ville de Cheng Du成都中医药大学针灸推拿学院), CHEN Min 陈敏 (Hôpital populaire n° 4 de la province de Si Chuan四川省第四人民医院),  sous la direction du professeur HU You Ping 胡幼平

Structure importante du genou, les ménisques sont des tissus fragiles dont les lésions sont fréquentes. Une fois lésés, ils perdent leurs fonctions normales. Dans les cas graves, les lésions méniscales peuvent endommager gravement le genou. Selon les études statistiques, ces lésions font partie des traumatismes sportifs touchant le genou les plus souvent observés. D’après les auteurs de cet article, ces lésions n’ont pas qu’une origine traumatique. En effet, elles peuvent aussi provenir d’une dégénérescence, d’une malformation, d’un kyste et d’une suractivité méniscale. Ils proposent un traitement global pour tous ces cas puis des solutions ou des conseils adaptés à chaque cas.  D’après ces auteurs, l’acupuncture-moxibustion est une alternative pour ceux qui veulent éviter la chirurgie laquelle, il faut souligner, ne garantit pas une guérison totale pour tous les cas. Ces auteurs affirment que les cas cliniques auxquels l’acupuncture-moxibustion a été appliquée sont guéris plus tôt que ceux auxquels l’acupuncture-moxibustion n’est pas appliquée.

8) Le traitement par l’acupuncture-moxibustion de lésions méniscales consécutives à une arthroscopie par ZHANG Jun 张军 (Hôpital n° 1 de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoise de la ville de Tian Jin天津中医药大学第一附属医院)

De nos jours, les traitements conservateurs conventionnels appliqués à ces lésions sont la limitation des mouvements du genou, l’emploi des anti-inflammatoires non stéroïdiens et les exercices du quadriceps fémoral. En cas d’inefficacité, l’arthroscopie est envisagée. Ayant l’objectif d’atténuer les douleurs, cette chirurgie consiste à prélever le moindre possible les tissus méniscaux. Cependant, dans la période post-opératoire, il arrive souvent que les complications suivantes se produisent : exsudation de la synoviale, tuméfaction et douleurs. Pour remédier à ce problème, de l’an 2000 à mars 2002, l’auteur de cet article a appliqué de l’acupuncture-moxibustion à 32 cas et ont obtenu de bons résultats (taux d’efficacité globale 91%). Conclusion : Face aux séquelles de l’arthroscopie employée auparavant pour traiter les lésions méniscales après l’échec des traitements conservateurs, l’acupuncture-moxibustion peut favoriser le rétablissement avec efficacité satisfaisante.

9) Les effets sur les patients atteints de lésions méniscales de la prise par voie orale de la pharmacopée chinoise associée à l’échauffement du manche des aiguilles au moxa par ZHANG Chang Sheng 张常盛  (Hôpital populaire du district Yong Deng, province de Gan Su 甘肃省永登县人民医院)

But : étudier les effets sur les patients atteints de lésions méniscales de la prise par voie orale de la pharmacopée chinoise associée à l’échauffement du manche des aiguilles au moxa.

Méthode :

  • 88 patients de l’Hôpital populaire du district Yong Deng (province de Gan Su) ont été sélectionnés de février 2014 au janvier 2015.
  • Ils ont été départis en deux groupes : (1) « groupe d’observation » et (2) « groupe de comparaison ».
  • Au premier groupe a été appliqué le traitement en question alors qu’au deuxième groupe seul l’ l’échauffement du manche des aiguilles au moxa a été appliqué.
  • La comparaison a été basée sur l’échelle visuelle analogique EVA et l’échelle de Lysholm.

Résultat : au niveau des douleurs, le résultat constaté du groupe 2 est nettement moins bon par rapport à celui du groupe 1 ; au niveau fonctionnel du genou, le résultat constaté au groupe 1 est meilleur que celui du groupe 2.

Conclusion : l’association de la pharmacopée chinoise à l’échauffement du manche des aiguilles au moxa peut efficacement diminuer les douleurs chez les patients atteints de lésions méniscales. Pouvant accélérer le rétablissement des fonctions du genou, elle mérite d’être amplement diffusée.

 

Rubrique : Maladie de Lyme

 10) Recherche sur les orientations diagnostiques et thérapeutiques de la maladie de Lyme en médecine chinoise  par LI Hui et ZHENG Xin 郑欣 (Institut de médecine fondamentale de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de Beijing 北京中医药大学基础医学院, Institut médical de paix et d’Orient des Etats-Unis 美国和平东方医学院) etc.

Parmi les nombreuses maladies infectieuses, la maladie de Lyme est reconnue de nos jours comme une maladie complexe et récidivante. Elle est, par ailleurs, considérée en MTC comme un « Yi Nan Zheng 疑难症 » (littéralement « maladie difficile suscitant des interrogations ») pour lequel on n’a pas suffisamment de connaissances pour  une étude approfondie. La recherche thérapeutique dans cette médecine se trouve encore au stade initial ; cependant, elle démontre que la MTC procure des avantages considérables dans le traitement de cette maladie. Ce texte est le bilan et la synthèse d’une étude sur les textes consacrés à cette maladie publiés en Chine et à l’étranger. Il a pour but de proposer une orientation diagnostique et thérapeutique de cette maladie en MTC.

1.Les connaissances actuelles sur la maladie de Lyme en médecine occidentale et en médecine chinoise

1.1 Les connaissances en médecine occidentale

1.2 Les connaissances en médecine chinoise

2.Approfondissement sur l’orientation diagnostique et thérapeutique de la maladie de Lyme en MTC

2.1 L’axe thérapeutique ne doit pas s’éloigner de la maladie dont le  traitement consiste à chercher le « Ben  本 » (Racine, terrain, fondamentaux)

2.2 Appliquer la différenciation des syndromes physiopathologiques en employant des traitements différents

3. Conclusion

11) Maladie de Lyme traitée en médecine chinoise selon la différenciation des formes physiopathologiques par le professeur WANG Fu 王付 (Institut de médecine chinoise de la province de He Nan, 河南中医学院)

Dans la maladie de Lyme qualifiée de maladie « endémo-épidémique naturelle »,  la phase primaire est marquée par l’érythème migrant, alors que la phase secondaire est marquée par une anomalie du système nerveux et du cœur. Quant à la phase tertiaire, elle est marquée par l’arthrite. L’auteur de ce texte traite cette maladie par la pharmacopée selon les huit formes physiopathologiques suivantes :

1) Invasion du Re Du (Chaleur-Toxines) dont la montée trouble le « Yang clair » (Qing Yang)

2) Invasion du Re Du (Chaleur-Toxines) avec agression du Xin Shen (Cœur-Esprit)

3) Invasion du Re Du (Chaleur-Toxines) avec agression de la Rate et de l’Estomac

4) Invasion du Re Du (Chaleur-Toxines) avec agression du Foie et des Reins

5) Invasion du Re Du (Chaleur-Toxines) avec atteinte du Qi et du Xue (sang)

6) Invasion du Re Du (Chaleur-Toxines) avec stagnation interne de l’Eau

7) Invasion du « Froid-Humidité » avec atteinte du Cœur et du Poumon

8) Attaque du « Froid-Humidité » avec débordement de l’Eau

12) Première observation sur l’efficacité du traitement de la maladie de Lyme par l’association des médecines chinoise et occidentale par HOU Jun 候钧 et LIAO Jie Bo 廖洁波 (Service de consultation n° 1 de l’Hôpital « Cheng Nan », dans le quartier de Dou Men de la ville de Zhu Hai, province de Guang Dong 广东省珠海市斗门区城南卫生院第一门诊部)

But : recherche sur l’efficacité du traitement de la maladie de Lyme par l’association des médecines chinoise et occidentale.

Méthode : l’application de la formule « Bai Hu Tang 白虎汤» avec l’addition et la suppression de certains ingrédients. Cette formule est employée en tant que traitement principal qui est soutenu (dans certains cas) par une antibiothérapie occidentale.

Résultats : résultats satisfaisants obtenus dans les 125 cas traités dont 77 cas relèvent de la phase primaire, 3 cas de la phase secondaire et 45 cas de la phase tertiaire.

Conclusion : la formule « Bai Hu Tang » avec l’addition et la suppression de certains ingrédients procure d’assez bons effets contre la maladie de Lyme. Les résultats sont meilleurs si elle est soutenue par une antibiothérapie occidentale.

1) Méthodologie

2) Traitement et résultat

2.1 La forme grippale

  • Traitement par la pharmacopée chinoise selon les trois cas suivants : l’atteinte du « Wei Qi » ; l’atteinte du « Qi-Ying » ; l’atteinte du « Ying Xue »

2.2 La forme d’érythème

  • Traitements conjoints : médication occidentale ; pharmacopée chinoise ; acupuncture
  • Cas clinique

2.3 La forme méningitique

  • Traitement par l’acupuncture, le Gua Sha, la médication occidentale et la pharmacopée chinoise.
  • Cas clinique

2.4 La forme arthritique

  • Traitement par la pharmacopée chinoise
  • Résultat sur 45 cas traités
  • Cas clinique

 

Rubrique : Expériences des maîtres dans le traitement des douleurs

13) Choix des points acupuncturaux couramment  employés par la professeure DAN Qiu Hua  pour arrêter les douleurs par MA Zu Peng 马祖彬 (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital de médecine chinoise de la province de Shan Dong山东省中医院针灸科)

 La professeure DAN Qiu Hua单秋华 est un médecin chef de « l’Hôpital de l’Université de médecine et de pharmacologie de (la province de) Shan Dong » (山东中医药大学附属医院) ; elle y dirige aussi des chercheurs ayant le grade de Master. C’est une spécialiste renommée de médecine et de pharmacologie chinoises de la province de Shan Dong. Elle a été intégrée à la quatrième liste des « médecins âgés réputés en médecine chinoise » établie par les autorités chinoises.

Les douleurs sont souvent rencontrées dans la pratique de l’acupuncture-moxibustion. Elles sont aussi la principale manifestation de nombreuses maladies. Or, l’acupuncture-moxibustion a beaucoup d’atouts dans le traitement des douleurs. Cependant, son efficacité peut diminuer si on traite sans recourir aux théories propres à l’acupuncture-moxibustion  en employant toujours la même combinaison des points et la même méthode de puncture. Voici les points que la professeure applique de préférence dans le traitement des douleurs :

1) Point initial et point terminal (d’un même méridien)

2) Points Jing-puits à saigner

3) Points locaux à saigner à l’aide des ventouses

4) Points Shu-transport

5) Combinaison des points Yuan et Shu dorsal

6) Combinaison des points Yuan et He

7) Combinaison des points Xi et Hui-Réunion

14) Exploration des règles du choix des points traitant les douleurs en acupuncture-moxibustion par ZHAO Ju Ping赵吉平 (Médecin chef du service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital Dong Zhi Men de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de Beijing  北京中医药大学东直门医院针灸科)

Les effets antalgiques font partie des effets remarquables de l’acupuncture-moxibustion. Cependant, pour pouvoir profiter de cet avantage, il faut d’abord savoir employer les bons points d’acupuncture. Dans ce texte, l’auteur de cet article rapporte son expérience dans le choix des points traitant les douleurs des organes internes, des membres, du tronc et de la face.

1) Douleurs des organes internes

  • A) Douleurs aiguës
  • B) Douleurs chroniques
  • C) Douleurs dues à la disharmonie du Qi et du Xue des Zang Fu
  • D) Douleurs projetées qui sont ressenties soit au niveau thoracique ou abdominal, soit au niveau dorsal ou lombaire

2) Douleurs des membres

  • A) Douleurs unilatérales et erratiques
  • B) Douleurs fixes et limitées à un endroit précis
  • C) Douleurs erratiques et diffuses dans l’ensemble du corps

3) Douleurs du tronc

4) Douleurs de la tête et de la face

 

 **************