ATC-28-Couverture

A.T.C Recueil n°28

23,00€

Textes sélectionnés, adaptés, traduits et annotés

par

LIN Shi Shan

 

  • 138 pages
  • Format A5 (14 cm x 20,5 cm)
  • ISBN 978-2-910589-48-6

 

Rubrique : Combinaison des points Shu-Mu

1) L’analyse sur les particularités des combinaisons de points Shu-Mu

2) L’expérience du professeur LONG Yi Ren dans la combinaison des points Shu-Mu

3) L’application clinique de la combinaison Shu-Mu

4) Quelques exemples dans l’application clinique de la combinaison des points Shu-Mu

5) L’application clinique de la combinaison des points Shu-Mu dans le traitement des douleurs

 

Rubrique : Spondylarthrite ankylosante

6) 36 cas de spondylarthrite ankylosante traités par l’acupuncture

7)La spondylarthrite ankylosante traitée par l’acupuncture-moxibustion appliquée sur le Méridien Zu Tai Yang – Vessie

8) L’observation du traitement de 30 cas de spondylarthrite ankylosante par l’acupuncture-moxibustion appliquée sur les Jia Ji (points paravertébraux)

9) L’étiologie de la forme « déficience de la Rate et de l’Estomac » de la spondylarthrite ankylosante

10) Les traitements de la spondylarthrite ankylosante en médecine chinoise avec la différenciation des syndromes physiopathologique

 

Rubrique : Bronchite chronique

11) L’exposé sur le traitement acupunctural de la bronchite chronique par la méthode consistant à réchauffer le Yang et à désentraver les Luo Mai (ramifications ou vaisseaux secondaires)

12) Traitement acupunctural de 33 cas de bronchite chronique par la méthode consistant à réguler et à tonifier le Zong Qi (Qi ancestral)

13) 68 cas de bronchite chronique asthmatiforme chez les enfants traités par la puncture de Si Feng (PCA 247)

 

Rubrique : Cervicarthrose

14) 50 cas de cervicarthrose traités par l’acupuncture associée à la moxibustion

15) L’expérience dans le traitement de cervicarthrose par la méthode consistant à désentraver le Du Mai et à réguler le Shen (Esprit) associée à la puncture des points Jia Ji (paravertébraux)

 

Rubrique : Énurésie

16) 52 cas d’énurésie traités par l’échauffement des aiguilles au moxibustion

17) Énurésie traitée par la moxibustion appliquée sur l’hypogastre

18) Traitement de l’énurésie par Guan Yuan (4 R.M.) et San Yin Jiao (6 Rt)

19) 50 cas d’énurésie d’adolescents et de jeunes adultes traités principalement par la combinaison des points Shu-Mu

 

Rubrique : Maladies diverses

20) 20 cas d’arthrose du gros orteil traités par l’acupuncture

21) Douleurs des doigts et des orteils traités principalement par la puncture des points Shu dorsaux

22) Le traitement acupunctural du déchaussement des dents selon la différenciation des syndromes physiopathologiques des points Shu dorsaux 

 

Rubrique : Profondeur de l’insertion d’aiguille

 23) À propos de la profondeur de l’insertion des aiguilles et des effets tonifiants et dispersants

24) La profondeur de l’insertion d’aiguille et «l’obtention du Qi » dans l’acte acupunctural » : expérience acquise au Mexique

25) Recherches sur la relation entre la profondeur de l’insertion d’aiguille et l’efficacité de l’acupuncture

 

 

**********

Rubrique : Combinaison des points Shu-Mu

1) L’analyse sur les particularités des combinaisons de points Shu-Mu par PAN Yan Xia, LIU Zhi Shun (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital Guang An Men, Beijing)
1. Les points Shu et les points Mu selon les ouvrages classiques :
– L’origine des points Shu et des points Mu
– Les indications des points Shu-Mu
– La localisation des points Shu dorsaux et des points Mu
– La profondeur d’insertion de l’aiguille
– Le sens d’insertion de l’aiguille
– La durée de la pause d’aiguille et de la moxibustion
2. Les points Shu et les points Mu selon les textes modernes :
– Le champ d’application des points Shu-Mu
– La taille des aiguilles employées dans la puncture des points Shu et des points Mu
– La profondeur d’insertion de l’aiguille dans la puncture des points Shu et des Mu
– Le sens d’insertion de l’aiguille dans la puncture des points Shu et des points Mu
– L’aiguille enfouie (intradermique)
3. Conclusion

2) L’expérience du professeur LONG Yi Ren dans la combinaison des points Shu-Mu par MA Liu Ling (Institut de médecine clinique n°2 de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Guang Zhou)
1. Bases théoriques de la combinaison des points Shu et des points Mu
2. L’usage des points Shu dorsaux ou des points Mu pour traiter les Zang et les Fu correspondants
3. La combinaison des points Shu-Mu dans le traitement des maladies des Zang Fu
4. Les méthodes de puncture des points Shu et des points Mu :
– La manipulation d’aiguille « fixe » des points Shu dorsaux
– La manipulation d’aiguille des points Mu en suivant la respiration
– L’importance de la manipulation des aiguille

3) L’application clinique de la combinaison Shu-Mu par LI Yan Rong et MA Tie Ming (Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la province de LIAO Ning)
Ce type de combinaison permet de réguler le Yin et le Yang des Jing Luo. L’un est Yin et il se trouve à la face antérieure du corps alors que l’autre est Yang et se trouve à la face postérieure du corps. Leurs effets se coordonnent et se complètent. Dans les maladies des Zang Fu, lorsque le syndrome Yin et le syndrome Yang coexistent, les points Shu-Mu donnent de très bons effets. Le présent texte apporte un résumé global et méthodique sur l’usage de cette catégorie de points, résumé qui peut servir de référence pour les recherches fondamentales et la pratique clinique.

4) Quelques exemples dans l’application clinique de la combinaison des points Shu-Mu par WEI Qing Lin (Institut de recherche en médecine et en pharmacologie chinoises de la province de Gan Su)
La combinaison des points Shu-Mu fait partie des principales méthodes classiques de combinaison de points. Elle sert à traiter les maladies des Zang (organes pleins ou de réserve énergétique) et des Fu (organes creux ou de transit) et, notamment, les « Yi Nan Zheng » (littéralement « maladies difficiles suscitant des interrogations »). Dans la pratique, l’auteur de cet article l’emploie pour traiter des cas difficiles avec de bons résultats, comme en témoignent les cas cliniques exposés dans ce texte : hoquets tenaces, reflux biliaire, gastrite chronique, cholécystite chronique.

5) L’application clinique de la combinaison des points Shu-Mu dans le traitement des douleurs par HAN Yun (Hôpital central de la ville de Ji Nan, province de Shan Dong)
L’emploi des combinaisons de points Shu-Mu permet de renforcer le Zheng Qi (Qi correct), les Zang et les Fu, le Qi et le Xue, le Yin et le Yang. Il permet également de libérer la circulation du Qi et du Xue. La libre circulation entraîne la disparition des douleurs. Après des années de pratique, l’auteur de cet article constate que ces combinaisons peuvent donner des résultats inattendus dans le traitement des douleurs chroniques et des « Yi Nan Zheng » (littéralement « maladies difficiles suscitant des interrogations ») telles que : névralgei du trijumeau, angor, hernie discale lombaire.

***

Rubrique : Spondylarthrite ankylosante

6) 36 cas de spondylarthrite ankylosante traités par l’acupuncture par ZHANG Jie, YU Lu (Hôpital n° 2 de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la province de Hei Long Jiang)
Depuis 1996, les auteurs de cet article ont traité par l’acupuncture 36 cas de spondylarthrite ankylosante avec de bons résultats par la méthode consistant à consolider les fondements énergétiques, nourrir le Yuan Qi (énergie originelle), renforcer la Rate, soutenir les Reins, accroître le Qi et le Xue : 4 cas guéris (11,1%), 30 cas améliorés (83,3%).

7) La spondylarthrite ankylosante traitée par l’acupuncture-moxibustion appliquée sur le Méridien Zu Tai Yang – Vessie par LIN Zhi Wei, WU Zhi Peng, PAN Wen Qian (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Quan Zhou, province de Fu Jian)
La spondylarthrite ankylosante est une pathologie difficile à traiter qui nuit gravement à la qualité de vie des patients et avec un taux d’infirmité élevé en phase terminale. L’acupuncture-moxibustion appliquée sur le Méridien Zu Tai Yang – Vessie peut, selon les auteurs de cet article, améliorer les symptômes et les fonctions motrices. Bilan sur 20 cas traités : 8 cas guéris, 11 cas bien améliorés.

8) L’observation du traitement de 30 cas de spondylarthrite ankylosante par l’acupuncture-moxibustion appliquée sur les Jia Ji (points paravertébraux) par CHEN Yan Hong (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Cheng De, province de He Bei)
La spondylarthrite ankylosante entraîne dans un premier temps une lombalgie accompagnée d’une raideur. Progressivement, elle s’étend au niveau des vertèbres dorsales, d’où la raideur dorsale et la diminution de l’amplitude respiratoire ainsi que les douleurs intenses. Par la suite, la maladie touche les vertèbres cervicales, d’où la limitation de ces dernières en flexion-extension. L’auteure de cet article traite cette maladie avec de bons résultats en puncturant et en chauffant au moxa les points Jia Ji (paravertébraux) des régions cervicale, dorsale et lombaire. Bilan sur 30 cas traités : 15 cas guéris (50%), 12 cas améliorés (40%).

9) L’étiologie de la forme « déficience de la Rate et de l’Estomac » de la spondylarthrite ankylosante par LU Shi You, YANG Ju Guo, ZHANG Jian Ying, CHONG Gui Qin (Hôpital de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la province de Shan Dong)
Selon les auteurs de cet article, environ 70% des patients de la spondylarthrite ankylosante présente de façon plus ou moins grave les signes suivants : douleur abdominale, météorisme, borborygme, selles contenant des aliments non digérés ou selles non moulées avec évacuation incomplète, teint pâle, lassitude mentale, mauvais appétit, maigreur. Il s’agit là de signes de la déficience de la Rate et de l’Estomac. Il y a une interaction entre ces signes et les douleurs articulaires ainsi que la raideur propres à la spondylarthrite ankylosante. Ceci explique en partie la difficulté que l’on a pour traiter cette maladie et la chronicité de celle-ci.

10) Les traitements de la spondylarthrite ankylosante en médecine chinoise avec la différenciation des syndromes physiopathologique par LI Yong Qiang, MIN Wen, ZHANG Yu (Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Nan Jing)
1. L’étiopathologie de la spondylarthrite ankylosante selon différents spécialistes
2. Le traitement de la spondylarthrite ankylosante (en pharmacopée chinoise) selon la différenciation des syndromes physiopathologiques

***

Rubrique : Bronchite chronique

11) L’exposé sur le traitement acupunctural de la bronchite chronique par la méthode consistant à réchauffer le Yang et à désentraver les Luo Mai (ramifications ou vaisseaux secondaires) par WAN Wei Rong (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Xia Men attaché à l’Institut de médecine chinoise de la province de Fu Jian)
1. Déficit du Yang avec entrave du Tan (Mucosités) et du Yu Xue (amas de sang ou thrombus)
2. La pénétration du Froid pathogène est le facteur déclencheur de la bronchite chronique
3.« Réchauffer le Yang et désentraver les Luo Mai » est le principe thérapeutique de la bronchite chronique
4. La formule de points d’acupuncture de la méthode « Wen Yang Tong Luo »
5. Cas clinique.

12) Traitement acupunctural de 33 cas de bronchite chronique par la méthode consistant à réguler et à tonifier le Zong Qi (Qi ancestral) par JIANG Hong (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Shen Yang, province de Liao Ning)
Ces dernières années, l’auteure de cet article a traité la bronchite chronique de très longue durée avec comme points principaux des points Shu dorsaux et des points Mu. Bilan sur 33 cas traités : 12 guéris, 12 cas grandement améliorés, 7 cas moyennement améliorés.

13) 68 cas de bronchite chronique asthmatiforme chez les enfants traités par la puncture de Si Feng (PCA 247) par ZHAO Cheng Chun (École de santé n° 2 de la ville de Zao Zhuang, province de Shan Dong), ZHAO Jin Rong (Hôpital de l’usine de distillation d’alcool de la ville de Teng Zhou, province de Shan Dong) etc.
Pendant le traitement de la malnutrition infantile par le point Si Feng, les auteurs de cet article ont pu observer que ce point peut soulager en même temps la toux dyspnéisante si l’enfant en est, par ailleurs, atteint. Cette découverte, faite par hasard, les a poussés à essayer de traiter la bronchite chronique asthmatiforme chez les enfants. De juillet 1993 jusqu’à décembre 1995, ils en ont traité 68 cas, avec des résultats satisfaisants : 10 cas guéris, 32 cas grandement améliorés, 21 cas moyennement améliorés.

***

Rubrique : Cervicarthrose

14) 50 cas de cervicarthrose traités par l’acupuncture associée à la moxibustion par DAI Shou Cheng, SUN Xing Jie (Clinique du régiment n° 73092 basé dans la ville de Chu Zhou, province d’An Hui)
Présentant souvent de fréquentes rechutes, la cerviarthrose se distingue en plusieurs formes. En se basant sur les théories de la MTC, les auteurs de cet article en ont traité 50 cas en associant l’acupuncture à la moxibustion et ce, avec de résultats satisfaisants : 28 cas guéris, 16 cas améliorés.

15) L’expérience dans le traitement de cervicarthrose par la méthode consistant à désentraver le Du Mai et à réguler le Shen (Esprit) associée à la puncture des points Jia Ji (paravertébraux) par WANG Xiao Ming et PAN Yue (Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Tian Jin)
En développant la méthode acupuncturale dite « stimuler le cerveau et ouvrir les orifices » inventée par SHI Xue Min, le professeur WANG Ping a mis au point la méthode dite « désentraver le Du Mai et réguler le Shen ». Le Shen (Esprit) que cette méthode cherche à réguler est l’Esprit du cerveau et l’Esprit du Cœur, afin de rééquilibrer le Yin et le Yang et d’harmoniser le corps et l’esprit. En appliquant cette méthode associée à la puncture des points paravertébraux cervicaux, on peut obtenir de bons résultats dans le traitement de la cervicarthrose.

***

Rubrique : Énurésie

16) 52 cas d’énurésie traités par l’échauffement des aiguilles au moxibustion par CHEN Ming Fu (Hôpital n° 2 de la faculté de médecine de la ville de Qing Dao, province de Shan Dong)
Selon l’auteur de cet article, dans le traitement de cette maladie, il est important de tonifier le Qi des Reins pour l’aider à garder les urines. Cependant, il faut renforcer en même temps la Rate afin de mieux soutenir les Reins. Avec cette démarche, il a guéri 41 cas et amélioré 9 cas sur 52 cas patients traités au total (âgés de 6 à 30 ans).

17) Énurésie traitée par la moxibustion appliquée sur l’hypogastre par FENG Li (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital « An Gang Li Shan » de la ville d’An Shan, province de Liao Ning)
Chauffés au moxa, les points du Ren Mai dans la région hypogastrique peuvent tonifier le Centre et accroître le Qi, nourrir le Yuan Qi et soutenir le Jing (Essence), renforcer les Reins et arrêter l’énurésie. Comme elle ne provoque pas de douleur, cette méthode est plus facilement acceptée par les enfants. Bilan sur 69 patients traités âgés de 7 à 16 ans : 57 cas (82,6%) guéris, 11 cas (15,9%) améliorés.

18) Traitement de l’énurésie par Guan Yuan (4 R.M.) et San Yin Jiao (6 Rt) par Yu Shu Zhuang (Hôpital de médecine chinoise de Bei Jing)
En 1975, lors d’une mission sanitaire à la campagne, l’auteur de cet article a traité 9 cas d’énurésie des patients âgés de 8 et 20 ans par les points Guan Yuan (4 R.M.) et San Yin Jiao (6 Rt) avec les résultats suivants : 6 cas guéris et 2 cas améliorés.

19) 50 cas d’énurésie d’adolescents et de jeunes adultes traités principalement par la combinaison des points Shu-Mu par BI Zhen (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Lin Yi, province de Shan Dong)
Ces dernières années, l’auteur de cet article a traité 50 cas d’énurésie d’adolescents et de jeunes adultes (14 et 18 ans) par la combinaison des points Shu-Mu avec de bons résultats : 23 cas guéris, 11 cas grandement améliorés et 10 cas moyennement améliorés.

***

Rubrique : Maladies diverses

20) 20 cas d’arthrose du gros orteil traités par l’acupuncture par LIN Zhi Wei (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Quan Zhou, province de Fu Jian)
L’arthrose du gros orteil s’observe souvent chez les personnes d’âge moyen et avancé. Le gros orteil est déformé et légèrement enflé. La douleur s’intensifie à la palpation ou à la marche. Elle s’atténue par le repos. L’auteur de cet article en a traité 20 cas avec de bons résultats : 16 cas guéris et 4 cas améliorés.

21) Douleurs des doigts et des orteils traités principalement par la puncture des points Shu dorsaux par CHEN Lian Zhi, WANG Zhen Lin (Hôpital populaire du district de Wei Xian, province de He Bei)
Les points Shu dorsaux sont les endroits où se répand le Qi des Zang Fu et ils se lient aux membres. C’est pourquoi en cas de douleurs des doigts et des orteils, ces points sont souvent douloureux à la palpation. Il faut savoir que les points Shu dorsaux peuvent non seulement traiter les problèmes des organes internes mais également les organes sensoriels, la peau, la chair, les tendons, les os et les articulations qui sont en relation avec les Zang Fu, d’où des résultats satisfaisants dans le traitement des douleurs des doigts et des orteils.

22) Le traitement acupunctural du déchaussement des dents selon la différenciation des syndromes physiopathologiques des points Shu dorsaux par Zhang Wen Jin (Institut de recherche en médecine chinoise de la province de He Nan)
1. Étiopathologie
2. Différenciation des syndromes physiopathologiques :
– Insuffisance du Qi des Reins
– Déficit du Yang des Reins ; Déficit du Yin des Reins
– Déficit du Yin avec Chaleur de l’Estomac)
3. Traitement
4. Cas clinique
5. Explications

***

Rubrique : Profondeur de l’insertion d’aiguille

23) À propos de la profondeur de l’insertion des aiguilles et des effets tonifiants et dispersants par YANG Jun etc. (Section d’acupuncture-moxibustion de l’Institut de médecine chinoise de la province d’An Hui)
La profondeur de l’insertion de l’aiguille fait partie des méthodes opérationnelles fondamentales de l’acupuncture. Elle constitue en soi une méthode de tonification et de dispersion tout comme la manipulation d’aiguille en va-et-vient vertical (Ti Cha) et en rotation (Nian Zhuan), la manière dont on insère et on retire les aiguilles. Dans le Nei Jing et dans de nombreux ouvrages d’acupuncture-moxibustion classiques, cette profondeur a été abordée de manière explicite.

24) La profondeur de l’insertion d’aiguille et «l’obtention du Qi » dans l’acte acupunctural » : expérience acquise au Mexique par DING Bing Wen (The National Polytechnic Institut, The Superior School of Medecin, Mexico city)
1. La peau et le système des Jing Lu
2. La profondeur d’insertion de l’aiguille dans le passé et dans la présent
3. La constitution physique et les réactions face à la punctur
4. La notion de « De Qi » (obtention du Qi)

25) Recherches sur la relation entre la profondeur de l’insertion d’aiguille et l’efficacité de l’acupuncture par CHANG Xiao Jun, XU Bin (Bureau de l’expérimentation dans l’association de l’acupuncture et de la pharmacopée chinoises de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Nan Jing)
1. La comparaison de l’efficacité des différentes profondeurs d’insertion de l’aiguille dans le traitement d’une même maladi
2. Les indications thérapeutiques d’un même point varient en fonction des différentes profondeurs d’insertion de l’aiguil
3. Les particularités des procédés acupuncturaux spéciaux par rapport à la profondeur d’insertion de l’aiguille
4. Conclusion

 

***********