ATC-32-couverture

A.T.C Recueil n°32

23,00€

Textes sélectionnés, adaptés, traduits et annotés
par

LIN Shi Shan

 

  • 142 pages
  • Format A5 (14 cm x 20,5 cm)
  • ISBN 978-2-910589-52-3

 

Rubrique : Cœur, cerveau et Shen Ming (clarté de l’esprit)

1) Analyse et explications sur les polémiques autour de la notion « Shen Ming » (clarté de l’Esprit) en médecine chinoise

2) Un humble avis sur le débat autour du « Shen Ming » en médecine chinoise

3) Réflexion sur la théorie du cerveau et sur son application clinique


Rubrique : Anxiété

4) Observation de l’efficacité du traitement par l’acupuncture-moxibustion de 42 cas d’anxiété selon la méthode consistant à calmer le Shen (Esprit) et à réguler les fonctions du cerveau

5) L’expérience du professeur FU Wen Bin dans le traitement de l’anxiété

6) Traitement acupunctural de l’anxiété par les points Shu dorsaux

7) Observation clinique du traitement du trouble de l’anxiété généralisée par l’acupuncture associée à la pharmacopée chinoise

 8) Les particularités dans le choix des points du traitement de l’anxiété par l’acupuncture-moxibustion


Rubrique :
Crise d’angoisse aiguë

 9) Observation clinique du traitement acupunctural de la crise d’angoisse aiguë

10) 21 cas de crise d’angoisse aiguë traités par l’acupuncture associée à une psychothérapie

11) Traitement de la crise d’angoisse aiguë par les points Shu dorsaux avec le tapotement d’un marteau de « fleur de prunier »

12) Observation clinique de 138 cas de crise d’angoisse aiguë traités par une formule de plantes efficaces


Rubrique :
Syndrome de l’apnée du sommeil

13) Analyse et traitement acupunctural du syndrome d’apnée du sommeil

14)   Un cas de syndrome d’apnée obstructive du sommeil traité par l’acupuncture

15) 16 cas du syndrome d’apnée du sommeil (sans causes organiques) traités par l’acupuncture

16)   Observation de l’efficacité de l’acupuncture dans le traitement de 30 cas de syndrome d’apnée du sommeil avec surpoids

17)   Observation clinique de l’efficacité du « Xing Shen Tang » (Décoction pour ranimer l’Esprit) dans le traitement du syndrome d’apnée du sommeil


Rubrique :
« Bruits dans le cerveau » (Nao Ming)

18) 36 cas de « bruits dans le cerveau » traités par acupuncture.

19)   Observation de l’efficacité de l’acupuncture dans le traitement de 18 cas de «bruits dans le cerveau »

20) « Bruits dans le cerveau » traités selon le principe « maladie en haut, traitement en bas »


Rubrique :
Proctalgie fugace

21) Observation clinique de l’efficacité de l’acupuncture dans le traitement de la proctalgie fugace

22)  145 cas de proctalgie fugace traités par l’acupuncture-moxibustion


Rubrique :
Amygdalite

23)   100 cas d’amygdalite aiguë traités par la saignée obtenue par un picotement d’aiguille appliqué sur Shao Shang (11 P.) et Shang Yang (1 G.I.)

24) 120 cas d’amygdalite aiguë traités par la saignée réalisée à l’aide d’une ventouse appliquée sur Da Zhui (14 D.M.)

25)   42 cas d’amygdalite aiguë traités par une saignée de Chi Ze (5 P.)

26) Observation de l’efficacité du traitement par une saignée réalisée en acupuncture de 2700 cas d’amygdalite aiguë

 

*********

Rubrique : Cœur, cerveau et Shen Ming (clarté de l’esprit)

1) Analyse et explications sur les polémiques autour de la notion « Shen Ming » (clarté de l’Esprit) en médecine chinoise par WANG Ying Xiao (professeur et chercheur titulaire d’un master en MTC au sein de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Shang Hai)

Le terme « Shen Ming 神明 » (littéralement « clarté de l’esprit ») a plusieurs significations. Au sens large, il signifie à fois « le pouvoir de diriger tous les activités fonctionnelles du corps » et « les signes extérieurs des activités vitales », et sens étroit « l’esprit, la conscience et la pensée ». La question de savoir qui, du Cœur ou du cerveau, dirige le « Shen Ming » suscite ces deux dernières décennies beaucoup de débats au sein de la MTC. De nos jours, il existe trois écoles : « le Cœur dirige le Shen Ming » (Xin Zhu Shen Ming 心主神明), « le cerveau dirige le Shen Ming » (Nao Zhu Shen Ming 脑主神明) et « le Cœur et le cerveau dirigent ensemble le Shen Ming » (Xin Nao Gong Zhu Shen Ming 心脑共主神明). Ce texte cherche à expliciter ces trois thèses.

2) Un humble avis sur le débat autour du « Shen Ming » en médecine chinoise par LIAN Wei Zhen (Institut de médecine chinoise de la province de Ju Jian)

Selon les théories de la MTC et de nombreux textes et rapports, le « Cœur » dont il est question dans la thèse « le Cœur dirige le Shen Ming » inclut le cœur au sens strict du terme mais il ne concerne pas uniquement cet organe. Ce « Cœur » peut comprendre les fonctions du cerveau. Quant à la thèse « le cerveau dirige le Shen Ming », bien qu’elle prenne racine dans le Nei Jing, elle a été mise en avant seulement après l’introduction des connaissances occidentales. Le cerveau dont on parle ici est marqué par le côté morphologique. Dans l’histoire de l’évolution de la MTC, la thèse « le Cœur dirige le Shen Ming » est née avant la thèse « le cerveau dirige le Shen Ming ». On peut dire que la seconde complète la première. Ces deux thèses représentent deux étapes différentes dans l’approche d’un même sujet. Chacune de ces deux thèses a sa propre importance dans l’approche des règles fonctionnelles du corps.

3) Réflexion sur la théorie du cerveau et sur son application clinique par LI Yong Chun (docteur en médecine chinoise, professeur et chercheur en théories fondamentales de la médecine chinoise de l’Institut d’acupuncture et de Tui Na attaché à l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la province de Shan Dong)

  1. Les problématiques rencontrées dans le traitement des maladies du cerveau basé sur la théorie du cerveau
  • L’étendue du domaine des maladies du cerveau rend ces dernières difficiles à délimiter
  • De nombreuses maladies du cerveau sont encore traitées par les méthodes traditionnelles
  1. Discussion sur l’application clinique de la théorie sur le cerveau
  • La recherche des « Yin Jing Yao 引经药» (drogues ou matières médicales conduisant les effets des autres drogues vers le siège de la maladie)
  • Choisir les matières médicales en fonction des caractéristiques du cerveau
  • Prendre en considération l’acupuncture-moxibustion dans le traitement du cerveau
  • Concevoir un système permettant de traiter les maladies de l’ensemble du corps à partir du cerveau

***

Rubrique : Anxiété

4) Observation de l’efficacité du traitement par l’acupuncture-moxibustion de 42 cas d’anxiété selon la méthode consistant à calmer le Shen (Esprit) et à réguler les fonctions du cerveau par GAO Li Ping (Département médical de l’Institut technique professionnelle de la ville de Tai Zhou, province de Jiang Su), ZOU Yong (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital de médecine chinoise de la ville de Tai Zhou, province de Jiang Su)

L’anxiété (Jiao Lü 焦虑) est une névrose dont la principale manifestation est un état anxieux accompagné de troubles du système végétatif et d’une agitation physique. En clinique, on distingue la forme aiguë de la forme chronique. Sur le plan thérapeutique, en médecine occidentale, on emploie principalement des anxiolytiques. Cependant, à court terme, ces derniers ne donnent pas de résultats probants et à long terme, entraînent de nombreux effets secondaires indésirables et une addiction médicamenteuse. Ce n’est pas le cas du traitement en acupuncture-moxibustion, comme en témoigne la méthode présentée dans cet article permettant de mieux maintenir la sérénité, calmer le Cœur, tonifier la Rate et les Reins, apaiser le Shen (Esprit) et réguler les fonctions du cerveau.

5) L’expérience du professeur FU Wen Bin dans le traitement de l’anxiété par BAI Yan Fu (Institut d’acupuncture-moxibustion et de Tui Na de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Guang Zhou)

Professeur et directeur de thèse de doctorat de l’Hôpital n° 2 de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Guang Zhou, FU Wen Bin est également le médecin chef du service d’acupuncture-moxibustion et le président de l’Association d’acupuncture-moxibustion de la province de Guang Dong. Depuis plus de vingt ans, il est clinicien, enseignant et chercheur en acupuncture-moxibustion. Il excelle dans le traitement des troubles mentaux et dans celui de l’anxiété notamment. Le présent texte apporte son expérience dans ce domaine.

6) Traitement acupunctural de l’anxiété par les points Shu dorsaux par ZHENG Zu Yan et ZHU CHong Xia (Hôpital n° 1 de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la province de Hei Long Jiang)

Sur le plan pathologique, l’anxiété est souvent en relation, soit avec un Feu accumulé ou du Tan (Mucosités) associée à la Chaleur dont la montée trouble le Shen Ming (Clarté de l’Esprit), soit avec la déficience du Cœur, du Foie et des Reins. Le Cœur est le « maître » des Zang Fu (organes vitaux pleins et creux) et la demeure du Shen (Esprit). Les troubles émotionnels atteignent inévitablement le Cœur. C’est la raison pour laquelle le traitement de l’anxiété doit d’abord viser le Cœur. Les points Shu dorsaux sont les endroits où se répandent les énergies des Zang Fu. C’est également les endroits où le Qi du Du Mai se déverse dans les Zang Fu grâce au trajet du Zu Tai Yang. Ces points peuvent traiter le terrain des maladies.

7) Observation clinique du traitement du trouble de l’anxiété généralisée par l’acupuncture associée à la pharmacopée chinoise par SHEN Li etc. (Hôpital n° 1 de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Tian Jin)

Le trouble d’anxiété généralisée est un trouble mental souvent observé en clinique. En Chine, son taux de prévalence ne cesse de croître. De nos jours, les médicaments occidentaux traitant ce trouble procurent des effets assez efficaces et rapides. Cependant, ils entraînent de nombreux d’effets indésirables, l’addiction et la pharmaco-résistance. C’est la raison pour laquelle depuis 2001 les auteurs de cet article traitent ce trouble par l’acupuncture associée à la pharmacopée chinoise et par la différenciation des syndromes physiopathologiques. Ils ont mis au point la formule « Lü Fan Tang Ji 虑烦汤剂 » (Décoction traitant l’anxiété et la nervosité) destinée à traiter la forme « blocage du Foie engendrant le Feu ». Après plusieurs années d’application, ils constatent que leur traitement donne de bons résultats.

8) Les particularités dans le choix des points du traitement de l’anxiété par l’acupuncture-moxibustion par SUN Yuan Zheng etc. (Hôpital d’acupuncture et de Tui Na de l’Institut de médecine chinoise de la province de Hei Long Jiang) etc.

L’acupuncture-moxibustion est une méthode efficace contre l’anxiéte. C’est la raison pour laquelle de plus en plus de patients chinois recourent à cette méthode pour être soignés. Ces dernières années, on a sans cesse approfondi les connaissances sur l’anxiété, d’où le nombre croissant de textes consacrés au traitement de ce trouble par l’acupuncture-moxibustion. Le présent article tente de dégager les règles du choix des points traitant l’anxiété en faisant une synthèse des textes publiés.

***

Rubrique : Crise d’angoisse aiguë

9) Observation clinique du traitement acupunctural de la crise d’angoisse aiguë par QIAN Jie (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital de médecine chinoise de Beijing appartenant à la Faculté de médecine de la capitale) etc.

En Chine, la prévalence de la crise d’angoisse aiguë est estimée à 5,6%. Les femmes sont plus atteintes que les hommes (de 2 à 3 fois). La fréquence est variable : d’une fois en quelques mois jusqu’à plusieurs fois par jour. Ces dernières années, les auteurs de cet article ont travaillé aux urgences et ont eu l’occasion de traiter cette crise par acupuncture, sans recours aux médicaments. Le traitement qu’ils appliquent donne des résultats satisfaisants. Il permet en effet d’atténuer efficacement les symptômes face à la phase active de la crise d’angoisse aiguë. C’est une méthode efficace sans effets secondaires et que l’on peut donc prendre en considération.

10) 21 cas de crise d’angoisse aiguë traités par l’acupuncture associée à une psychothérapie par CHENG Kun , SHEN Li, YAN Hong (Hôpital n° 1 de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Tian Jin)

Trouble psychique récidivant, la crise d’angoisse aiguë est une peur extrême dont la survenue est soudaine. Elle est souvent accompagnée de : palpitations, respiration accélérée, vertiges, tremblements, transpiration et parfois sensation d’une mort imminente. Selon les auteurs de ce texte, la crise d’angoisse aiguë implique à la fois le Cœur, le Foie, la Rate et les Reins. De janvier 2003 à décembre 2005, ils en ont traité 21 cas avec des résultats satisfaisants (taux d’efficacité globale à 90,48%) et ce, par l’acupuncture associée à une psychothérapie.

11) Traitement de la crise d’angoisse aiguë par les points Shu dorsaux avec le tapotement d’un marteau de « fleur de prunier » par CHEN (Cabinet de médecine chinoise « Beijing », dans la ville de Baltimore, Mariland, USA)

   Aux Etats-Unis, il y a très peu de sujets atteints par ce trouble qui cherchent à se faire soigner en acupuncture parce qu’ils craignent les aiguilles ou qu’ils craignent que l’acupuncture puisse provoquer une telle crise. C’est la raison pour laquelle il est indispensable de trouver une méthode douce, peu douloureuse et efficace. En l’occurrence, il y a le tapotement sur les points Shu dorsaux à l’aide d’un « marteau de fleur de prunier ». C’est une méthode peu douloureuse et tolérable pour ceux qui craignent les aiguilles. Efficace et facile à mettre en œuvre, elle n’entraîne pas d’effets indésirables.

12) Observation clinique de 138 cas de crise d’angoisse aiguë traités par une formule de plantes efficaces par DING Shu Dong, GUAN En Lan, DING Shu Qin (Centre de santé mentale de la ville de Zhu Cheng, province de Shan Dong)

Pathologie de longue durée difficile à guérir, la crise d’angoisse aiguë constitue pour le patient un lourd fardeau qui perturbe sa vie quotidienne, son travail et ses études. De nos jours, la médecine occidentale la traite avec des sédatifs et des régulateurs nerveux. Cependant, ces médicaments comportent de nombreux effets secondaires et le taux de rechute est assez élevé après l’interruption de la médication. D’avril 1993 à avril 2000, les auteurs de cet article ont traité 138 cas par une formule des plantes chinoises avec des résultats suivants : 65 cas (47%) guéris, 54 cas (39 %) grandement améliorés et 15 cas (11%) moyennement améliorés.

***

Rubrique : Syndrome de l’apnée du sommeil

13) Analyse et traitement acupunctural du syndrome d’apnée du sommeil par CUI Hua Feng et WANG Xin , sous la direction de DAN Xiu Hua (Université de médecine et de pharmacologie de la province de Shan Dong)

  • Caractéristiques cliniques et critères diagnostiques
  • Étiopathologie en MTC
  • Formes physiopathologiques : Accumulation de Tan et d’Humidité dans le Poumon / Déficience simultanée du Cœur et du Poumon / Déficience simultanée du Poumon et des Reins
  • Traitement par l’acupuncture et par l’auriculopuncture.

14)   Un cas de syndrome d’apnée obstructive du sommeil traité par l’acupuncture par GAO Ai Min (Hôpital de médecine chinoise du district de Xian attaché à la ville de Cang Zhou, province de He Bei)

En médecine occidentale, le syndrome d’apnée obstructive du sommeil se traite soit par des médicaments, soit par une intervention chirurgicale. L’auteur de cet article en a traité un cas par acupuncture avec de bons résultats : Après un mois de traitement, le patient n’a plus d’étouffement pendant le sommeil et ne ronfle plus. Dans la journée, la somnolence disparaît.

15) 16 cas du syndrome d’apnée du sommeil (sans causes organiques) traités par l’acupuncture par LIU Gui Ling, XIANG Yong Mei (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital central de la région militaire de Shen Yang)

Appelé également « syndrome d’apnée obstructive du sommeil », le syndrome d’apnée du sommeil (SAS) frappe souvent les sujets d’âge mûr présentant un surpoids. De nos jours, il existe très peu de traitements efficaces contre ce syndrome et on recourt à la chirurgie dans les cas graves. Les auteurs de ce texte en ont traité 16 cas, avec d’assez bons résultats : 4 cas (25%) de grande efficacité (disparition des signes), 10 cas (62,5%) d’efficacité moyenne (diminution de l’intensité des ronflements, diminution de la fréquence des réveils dus à l’étouffement, atténuation de la somnolence diurne).

16)   Observation de l’efficacité de l’acupuncture dans le traitement de 30 cas de syndrome d’apnée du sommeil avec surpoids par LUO You, LI Bo, ZHONG Guo Jun et HUANG Xiao Shan (Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la province de Guang Dong)

Le traitement présenté dans cet article permet non seulement de soutenir le Zheng Qi (Qi correct) mais également d’éliminer le Tan (Mucosités) et le Yu Xue (amas de sang ou thrombus) en accélérant le métabolisme du corps. L’ajout de points en fonction de la forme physiopathologique augmente l’efficacité du traitement.

17)   Observation clinique de l’efficacité du « Xing Shen Tang » (Décoction pour ranimer l’Esprit) dans le traitement du syndrome d’apnée du sommeil par ZHANG Yuan Bing (Bureau de recherches des maladies respiratoires de l’Institut de médecine chinoise de la province de Jiang Xi)

Depuis janvier 1998, l’auteur de ce rapport en a traité 36 cas par la pharmacopée chinoise, avec les résultats suivants : 20 cas (55,55%) de grande efficacité (disparition de la somnolence diurne, du manque de force, des vertiges, de la céphalée ; atténuation des ronflements, des apnées et des réveils en sursaut dus à l’étouffement ; stabilisation des complications telles que l’hypertension artérielle, l’hyperlipidémie etc.)  ; 14 cas (38,88%) d’efficacité moyenne (atténuation de : somnolence diurne, manque de force, vertiges, céphalée ; légère atténuation de : ronflements, apnées, réveils en sursaut dus à l’étouffement).

***

Rubrique : « Bruits dans le cerveau » (Nao Ming)

18) 36 cas de « bruits dans le cerveau » traités par acupuncture par WU Xiang Lin (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Xu Zhou, province de Jiang Su)

Les « bruits dans le cerveau » (Nao Ming) sont des bruits ou des résonances que le patient perçoit dans le cerveau. Il existe très peu de textes classiques consacrés uniquement à ce symptôme. Par contre, il existe des textes consacrés aux acouphènes qui abordent en même temps ce dernier. En clinique, ces deux symptômes coexistent souvent. Cependant, certains patients présentent les « bruits dans le cerveau » seuls. L’auteur de cet article traite ce problème selon la différenciation des syndromes physiopathologiques. Bilan après 36 cas traités : 22 cas (61,11%) guéris, 12 cas (33,33%) améliorés.

19)   Observation de l’efficacité de l’acupuncture dans le traitement de 18 cas de «bruits dans le cerveau » par HU Yu (Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Tian Jin) etc.

Selon la MTC, les « bruits dans le cerveau » siègent au niveau du cerveau. Ils sont en relation avec un état de déficience, le Feu, le Vent, le Tan (Mucosités), la circulation du Qi et du Xue. Il y a une interaction entre ces différents facteurs conduisant à un dysfonctionnement du cerveau dans l’activation et la régulation du Shen (Esprit). Troublé, le Shen ne peut plus conduire normalement les mouvements du Qi, d’où les bruits. C’est pourquoi il faut employer principalement des points de la tête, en cherchant à ranimer le cerveau et à ouvrir les orifices.

20) « Bruits dans le cerveau » traités selon le principe « maladie en haut, traitement en bas » par LI Bao Zhong (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Sui Hua, province de Hei Long Jian)

Le cas traité par l’auteur de cet article est dû à un déficit du Yuan Qi (Qi originel) et à un déficit de la ’’mer de moelle’’. En appliquant le principe ‘’maladie en haut, traiter en bas’’, cet auteur utilise quatre points situés en bas du corps, qui servent à tonifier les Reins et à renforcer la Rate. Le bon résultat est obtenu grâce à une grande fortification du Yuan Qi.

***

Rubrique : Proctalgie fugace

21) Observation clinique de l’efficacité de l’acupuncture dans le traitement de la proctalgie fugace par WEI Ling (Service de médecine chinoise de l’Hôpital de la région de Hua Jie, province de Gui Zhou)

Observée notamment chez les femmes d’âge mûr, la proctalgie fugace est une douleur ano-rectale intermittente, sans aucun rythme. Sa survenue est soudaine et la douleur qu’elle provoque est aiguë et spasmodique. Dans la plupart des temps, elle survient au moment où le sujet vient de s’endormir ou de se réveiller. Elle dure quelques minutes ou quelques dizaines de minutes, voire davantage, avant de disparaître spontanément. Jusqu’à présent, il existe très peu de textes et de rapports consacrés à cette pathologie en acupuncture. Cependant, l’expérience clinique démontre que l’acupuncture procure une bonne efficacité contre cette douleur. Le traitement que transmet l’auteur de cet article est basé sur le trajet des méridiens. Son application est simple et ses résultats sont rapides.

22)   145 cas de proctalgie fugace traités par l’acupuncture-moxibustion par ZHOU Zhi Jie, ZHOU Yong, ZHANG Fu Hui (Hôpital central de la ville Xi An)

Dans les cas graves, cette douleur peut irradier dans la cavité pelvienne ou dans l’abdomen. Elle peut même entraîner : nausées, vomissements, sueurs froides, vertiges voire perte de connaissance. Le périmètre de la douleur se situe de 5 à 10 cm de l’anus. Au début, la douleur est bénigne. Au fur et à mesure qu’elle s’aggrave, elle entraîne des difficultés d’endormissement. Depuis 1990, les auteurs de cet article ont traité 145 cas de proctalgie fugace avec des résultats satisfaisants. Voici le bilan : 90 cas (62,1%) guéris, 45 cas (31%). améliorés.

***

Rubrique : Amygdalite

23)   100 cas d’amygdalite aiguë traités par la saignée obtenue par un picotement d’aiguille appliqué sur Shao Shang (11 P.) et Shang Yang (1 G.I.) par XU Yong Xun (Hôpital populaire du district de Yun Cheng, province de Shan Dong)

Selon la MTC, l’amygdalite est souvent due à une montée du Feu du Poumon et de l’Estomac associée à une atteinte du Vent-Chaleur externe. Ce Feu et ce Vent s’associent et s’accumulent au niveau de la gorge, d’où la maladie. C’est à partir de cette analyse que les auteurs de ce rapports traitent l’amygdalite aiguë avec une saignée provoquée par un picotement d’aiguille. Bilans après 100 cas traités : 36 cas ont été guéris en une seule séance ; 44 cas en deux séances et 18 cas en trois séances.

24) 120 cas d’amygdalite aiguë traités par la saignée réalisée à l’aide d’une ventouse appliquée sur Da Zhui (14 D.M.) par XIAO Jun Fang (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital n° 1 de médecine chinoise de la ville de Zhan Jiang, province de Guang Dong)

L’amygdalite aiguë est une infection des voies respiratoires supérieures que l’on observe très souvent. L’auteur de cet article la traite par la saignée, à l’aide d’une ventouse appliquée sur Da Zhui (14 D.M.) et obtient d’excellents résultats. Bilan après 120 cas traités : 87 cas (72,5%) guéris, 25 cas (20,8%) grandement améliorés, 8 cas (6,7%) améliorés. Le taux d’efficacité globale est de 100%.

25)   42 cas d’amygdalite aiguë traités par une saignée de Chi Ze (5 P.) par BO Qing (Hôpital n° 2 de l’Administration de la mine de Feng Feng, dans la ville de Han Dan, province de He Bei)

L’amygdalite aiguë correspond à un syndrome de Chaleur en plénitude du Poumon. En la traitant, l’auteur de ce texte applique le principe « en cas de plénitude, disperser le fils », d’où la dispersion de Chi Ze (5 P.) qui est un point « Eau ». La saignée permet par ailleurs d’évacuer la Chaleur en dehors du corps. Elle accélère également la circulation du Xue en éliminant le Yu Xue (amas de sang ou thrombus) et en faisant disparaître la congestion et l’œdème des amygdales. Bilan établi après 42 cas traités : 34 cas (80,95%) guéris, 5 cas (11,91%) grandement améliorés, 2 cas (4,76%) moyennement amélioré.

26) Observation de l’efficacité du traitement par une saignée réalisée en acupuncture de 2700 cas d’amygdalite aiguë par WANG Xiu Jun (Hôpital de la division des forces de réserve en artillerie de l’armée de terre de l’Armée de libération de Chine, dans la ville de Chang Chun, province de Ji Lin)

L’amygdalite est une maladie courante et récidivante en ORL. De 1994 à 2005, les auteurs de ce rapport en ont traité 2700 cas par une saignée réalisée en acupuncture. En même temps, ils ont également traité 2430 cas par des médicaments occidentaux, afin de réaliser une étude comparative. Résultats : Après trois jours de traitement, le taux de guérison obtenu dans le groupe acupunctural est de 100% alors que le même taux obtenu dans le groupe médicamenteux n’est que de 63,4%. Par ailleurs, le délai de guérison est également nettement plus court dans le groupe acupunctural. En conclusion, le traitement présenté dans cet article procure les avantages suivants : délai de traitement court, bons effets à long terme. Il permet en conséquence d’éviter les récidives.

 

*********