ATC-34-couverture

A.T.C Recueil n°34

23,00€

Textes sélectionnés, adaptés, traduits et annotés

par

LIN Shi Shan

 

  • 144 pages
  • Format A5 (14 cm x 20,5 cm)
  • ISBN 978-2-910589-54-7

 

Rubrique : Cerveau et Méridiens

1) Les liaisons entre le cerveau et les Jing Luo selon le Nei Jing

2) Les Jing Luo du cerveau en médecine chinoise


Rubrique
 :
Démences séniles (maladie Alzheimer, démence vasculaire)

3) L’analyse sur la relation entre la maladie d’Alzheimer et les Méridiens dans le traitement par l’acupuncture

4) Recherche sur la relation entre la maladie d’Alzheimer et les Méridiens singuliers (ou les Vaisseaux extraordinaires)

5) Analyse sur les règles du choix des points dans le traitement de la démence sénile par l’acupucture-moxibuation


Rubrique
 :
Points Shu-Mu

6) La forme « déficience simultanée du Poumon et des Reins » de l’asthme traitée par la combinaison des points Shu-Mu

7) 40 cas d’obésité simple traités par la puncture des points Shu-Mu

8) Quelques exemples dans le traitement des maladies urologiques par les points Shu-Mu

9) L’expérience acquise dans le traitement des maladies digestive par les points Shu-Mu associés aux points He


Rubrique :
Endométriose

10) Le traitement de l’endométriose selon l’analyse physiopathologique

11)   Observation clinique de 72 cas d’endométriose traités par l’acupuncture-moxibustion

12) Étude comparative du traitement de l’endométriose par les points Shu-Mu

13) L’observation des effets antalgiques de l’acupuncture-moxibustion dans le traitement de l’endométriose

 

**********

Rubrique : Cerveau et Méridiens

 1) Les liaisons entre le cerveau et les Jing Luo selon le Nei Jing par ZHANG Jian Bin (Service d’acupucture-moxibustion de l’hôpital «Zhong Da  » de l’Université « Dong Nan », dans la ville de Nan Jing) et WANG Ling Ling (Institut international de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Nan Jing)

      1.La structure tissulaire du cerveau :

  • Le cerveau constitue la « mer des moelles »
  • Le cerveau fait partie des « organes éternellement particuliers »
  1. Les Jing Luo en liaison directe avec le cerveau :
  • La liaison entre le cerveau et le Zu Yang Ming
  • La liaison entre le cerveau et le Zu Tai Yang
  • La liaison entre le cerveau et le Du Mai
  • La liaison entre le cerveau, le Yang Qiao et le Yin Qiao
  1. Les autres théories des Méridiens en relation avec le cerveau :
  • La théorie « Qi Jie » (artères énergétiques)
  • La théorie « Si Hai » (quatre mers)
  1. Les voies de communication des Jing Luo dans le cerveau
  2. La liaison entre le cerveau et le corps au niveau du crâne
  • Le Mu Xi (réseau oculaire)
  • Le Vertex
  • Le point Feng Fu (16 D.M.)
  • Région temporale
  1. Conclusion

2) Les Jing Luo du cerveau en médecine chinoise par CHENG Jian Bin (Service hépatobiliaire de l’Hôpital central de la Police armée du peuple, province de Si Chuan) sous la direction des professeurs XIE Ke Qing et YANG Jie Bin (Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Cheng Du)

Le présent texte est une synthèse des connaissances suivantes :
– connaissances physiopathologiques des Méridiens singuliers (ou Vaisseaux Extraordinaires),
– connaissances des trajets des Méridiens mentionnés dans les textes classiques,
– connaissances de la médecine moderne sur le cerveau.

Cette synthèse a permis de déduire que le Du Mai, le Chong Mai ainsi que le Yin Qiao et le Yang Qiao sont les Méridiens appartenant au cerveau. En tant qu’organe spécifique et central du corps, le cerveau a de multiples fonctions. C’est pourquoi, numériquement, il a plus de Méridiens que les autres organes. Par ailleurs, les Méridiens qui lui appartiennent sont différents de ceux des autres Méridiens. En l’occurrence, il s’agit des Méridiens singuliers. Sur le plan fonctionnel, puisque ces Méridiens entrent dans le cerveau par différentes positions et qu’ils ont des trajets différents à l’intérieur du cerveau, ils n’ont pas les mêmes fonctions mais ils se coordonnent dans leur travail.

La détermination des Jing Luo du cerveau est l’un des éléments fondamentaux dans la construction d’un système global dont le noyau est le cerveau. Ce qui change par rapport au système traditionnel dont le noyau est constitué des cinq Zang (organes pleins ou de réserve énergétique) et dont le maître est le cœur. Il s’agit ici d’une confirmation de la thèse « le cerveau dirige le Shen Ming (Clarté de l’Esprit) » qui peut coexister avec la thèse « le cœur dirige le Shen Ming ». Le cerveau a sa place – prédominante – dans le corps global tout comme le cœur a la sienne dans le système des Zang Fu.

***

Rubrique : Démences séniles (maladie Alzheimer, démence vasculaire)

3) L’analyse sur la relation entre la maladie d’Alzheimer et les Méridiens dans le traitement par l’acupuncture par SHEN Wei Dong (Hôpital « Shu Guang » de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoise de la ville de Shang Hai)

 Survenant pendant la vieillesse, la maladie d’Alzheimer est surtout marquée par des troubles cognitifs. Selon la MTC, elle siège au cerveau et au coeur. Ces dernières années, son taux de prévalence n’a cessé de croître et elle est devenue un sujet de recherche en gériatrie, en Chine comme à l’étranger. De nos jours, on obtient en Chine certains résultats dans le traitement de cette maladie par l’acupuncture-moxibustion. Cependant, il est important d’approfondir nos connaissances sur cette maladie en ce qui concerne les Méridiens, et cela afin de pouvoir déterminer les possibilités de l’acupuncture-moxibustion dans le traitement de cette maladie. Ce texte apporte des données concernant les Méridiens qui peuvent servir de bases théoriques dans le traitement de cette maladie par cet art de guérison.

1. La liaison entre le cerveau (tête), le cœur et les Méridiens
2. Les références concernant le cerveau et le cœur selon les théories « Gen Jie » (commencement-terminaison), « Biao Ben » (cime-racine), « Qi Jie » (artère énergétique) et « Si Hai » (quatre mers)

4) Recherche sur la relation entre la maladie d’Alzheimer et les Méridiens singuliers (ou les Vaisseaux extraordinaires) par LU Fan (Institut d’enseignement ultramarin de l’Université de Xia Men, province de Fu Jian)

Selon l’auteur de cet article, cette maladie est étroitement en relation avec les Méridiens singuliers (ou les Vaisseaux extraordinaires). La pratique clinique permet de constater que la tonification du Foie et des Reins associée à une désobstruction des Méridiens singuliers peut grandement augmenter l’efficacité thérapeutique. Il apporte dans ce texte d’une part son analyse concernant la relation physiopathologique entre cette pathologie et les Méridiens singuliers et, d’autre part, son expérience thérapeutique.

  1. Le relation entre le cerveau et les Méridiens singuliers
  2. La relation entre la maladie d’Alzheimer et le dysfonctionnement des Méridiens singuliers
  3. Cinq traitements de la maladie d’Alzheimer basés sur les Méridiens singuliers

5) Analyse sur les règles du choix des points dans le traitement de la démence sénile par l’acupucture-moxibuation par HUANG Qin Feng (chercheur de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la ville de Shang Hai) et LIU Jie (Bureau de recherche en acupucture-moxibuation et en système des Méridiens de la ville de Shang Hai)

Dans le traitement de la démence sénile par l’acupucture-moxibuation, 67,1% des textes publiés de nos jours en Chine concernent la démence vasculaire. Que ce soit la maladie d’Alzheimer ou la démence vasculaire, on constate sur le plan de l’étiopathologie les deux formes physiopathologiques (syndromes) suivantes : 1) entrave du Nao Shen (cerveau-esprit) par le Tan (Mucosité) et par le Yu Xue (sang stagnant ou coagulé) 2) déficit du Jing Xue (essence-sang). Cette maladie siège au cerveau et elle est en relation étroite avec le Cœur, le Foie, la Rate et les Reins.

  1. Sources des textes étudiés
  2. Bilan de l’analyse et discussion
  • Le classement des textes
  • Les points souvent employés dans le traitement de la maladie d’Alzheimer
  • Le Choix des Méridiens
  • Le choix des points au niveau des zones anatomiques
  • La combinaison des points
  • La comparaison entre le traitement d’aujourd’hui et le traitement d’antan
  1. Proposition d’une démarche thérapeutique standard

***

Rubrique : Points Shu-Mu

6) La forme « déficience simultanée du Poumon et des Reins » de l’asthme traitée par la combinaison des points Shu-Mu par DONG Jian, WU LAN Ge Ri Le et SUN Fei (Hôpital n° 3 de la faculté de médecine de la Mongolie intérieure)

Ces dernières années, le taux de prévalence de l’asthme n’a cessé de croître en Chine. Il a par ailleurs tendance à empirer. L’asthme peut être provoqué par une rhinite allergique, une crise aiguë d’une bronchite chronique et un emphysème pulmonaire obstructif chronique. Calmer les crises d’asthme est une tâche urgente à accomplir afin de permettre aux patients d’avoir une meilleure qualité de vie. La combinaison des points Shu-Mu est une méthode thérapeutique remarquable en acupucture-moxibustion. Elle est particulièrement efficace dans le traitement des maladies des Zang Fu. Le traitement de la forme « déficience simultanée du Poumon et des Reins » de l’asthme traitée par les points Shu-Mu est une méthode simple à mettre en oeuvre et qui donne une grande efficacité et des résultats fiables.

7) 40 cas d’obésité simple traités par la puncture des points Shu-Mu par KONG Ying et TENG Wei (Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la province de Hei Long Jing) etc.

Ce que l’on dénomme « obésité simple » est une augmentation du poids du corps due à une accumulation excessive de graisse, elle-même causée par une assimilation calorifique dépassant la dépense calorifique. L’obésité est souvent en relation avec l’augmentation du taux de prévalence de nombreuses maladies telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’hypertension artérielle, les maladies du système génital et les cancers. Le traitement de l’obésité par l’acupuncture-moxibustion présente les avantages suivants : il est simple à mettre en œuvre, économique, efficace, sans danger et sans effets secondaires. Ces dernières années, les auteurs de cet article ont traité l’obésité simple avec la combinaison des points Shu-Mu et ce, avec des résultats satisfaisants (taux d’efficacité globale à 95%). Par ailleurs, ils ont constaté que les points Shu-Mu donnent de meilleurs résultats que les points du Zu Yang Ming.

8) Quelques exemples dans le traitement des maladies urologiques par les points Shu-Mu par SHI Yong Chun et WANG Dan Hua (Service de médecine chinoise de l’Hôpital « Ren Ji » attaché à la faculté de médecine n° 2 de la ville de Shang Hai)

Les maladies urologiques mal traitées peuvent facilement devenir chroniques. Souvent le traitement médicamenteux (occidental) ne peut pas donner de résultats satisfaisants. Par ailleurs, le taux de résistance aux antibiotiques ne cesse de croître à cause d’un usage abusif. En outre, les antibiotiques entraînent également de nombreux effets secondaires, ce qui a motivés les auteurs de cet article à traiter ces maladies par l’acupuncture-moxibustion. La pratique leur a permis de confirmer que les couples de points Shu-Mu des Reins et de la Vessie peuvent traiter efficacement les maladies urologiques (telles que : cystite chronique, rétention urinaire aiguë, cystalgie féminine à urine claire, incontinence urinaire à l’effort, pyélonéphrite chronique) grâce à leurs bons effets dans la tonification du Qi des Reins et dans la régulation du Qi de la Vessie.

9) L’expérience acquise dans le traitement des maladies digestive par les points Shu-Mu associés aux points He par WEI Qing Xing (Département d’acupuncture-moxibustion de l’Institut de recherche en médecine chinoise de Chine)

Face aux troubles fonctionnels digestifs, l’auteur de cet article emploie fréquemment le point Shu dorsal et le point Mu associé au point He (inférieur) de l’organe en cause lorsque les autres traitements n’apportent pas d’efficacité manifeste. Cette méthode permet souvent d’obtenir de bons résultats dans un délai relativement court, voire très court. Dans cet article, il rapporte mon expérience illustrée par des cas cliniques :

  • Hoquets tenaces
  • Oesophagite associée à un reflux gastro-oesophagien
  • Dyspepsie non ulcéreuse (dyspepsie fonctionnelle)
  • Gastrite chronique, inflammation du bulbe duodénal
  • Colite chronique accompagnée du syndrome du côlon irritable.

***

Rubrique : Endométriose

10) Le traitement de l’endométriose selon l’analyse physiopathologique par XU Jia Nian (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital populaire n° 10 de l’Université « Tong Ji » dans la ville de Shang Hai)

L’endométriose est une maladie gynécologique courante dont le taux de prévalence a tendance à croître d’année en année en Chine. L’auteur de cet article a reçu l’enseignement du professeur CHEN Zuo Lin, acupuncteur réputé en Chine, dans le traitement de cette maladie. Après plusieurs années de pratique et d’observation clinique, il rapporte dans ce texte mon expérience acquise sans omettre les leçons léguées par mon maître.

  1. Étiopathologie
  2. Analyse physiopathologique
  • Analyse au niveau « Qi-Xue » (énergie-sang)
  • Analyse au niveau « Zang Fu »
  • Analyse au niveau « Jing Luo »
  1. Expérience thérapeutique
  • Traitement par la pharmacopée chinoise
  • Traitement par l’acupuncture

Le traitement de l’endométriose que préconise l’auteur de cet article consiste à dégager (disperser) et à tonifier en même temps. Cependant, « dégager » (Tong Fa) demeure la démarche principale. Par ailleurs, il s’agit aussi d’un traitement combinant l’acupuncture à la pharmacopée chinoise permettant de traiter à la fois par la voie externe et par la voie interne. Grâce à la synergie de ces deux traitements, on peut obtenir de meilleurs résultats.

11)   Observation clinique de 72 cas d’endométriose traités par l’acupuncture-moxibustion par CHEN Qiong et YUE Guang Ping (Département de recherches en acupuncture-moxibustion et en méridien de l’Institut de médecine chinoise de la province d’An-Hui), ZHANG Wei Min (Clinique gynécologique et pédiatrique de la province d’An-Hui)

Dans le cadre de l’étiopathologie de l’infertilité féminine, l’endométriose est de plus en plus prise en considération dans le milieu médical chinois. Selon une étude statistique, de 25 à 50% des femmes stériles sont atteintes de cette pathologie. Et parmi les femmes atteintes par cette maladie, 30 à 40% sont stériles.

Selon la MTC, l’endométriose est en relation avec le syndrome Xu Yu (stase de sang). En effets, les symptômes et les signes de cette maladie comportent des caractéristiques de ce syndrome. Quant à l’étiopathologie de l’infertilité que cause l’endométriose, elle s’explique de la manière suivante : le sang des règles stagne dans les vaisseaux des organes génitaux internes en formant des tumeurs. Ces dernières entravent la circulation dans les Jing Mai, dérèglent le bon fonctionnement du Chong Mai et du Ren Mai, d’où l’infertilité.

Ces dernières années, les auteurs de cet article traitent cette maladie par l’acupuncture-moxibustion avec des résultats satisfaisants :

  • Guérison (aboutissant à une grossesse : la grossesse se produit au cours du traitement ou dans l’année qui suit la fin du traitement) : 42 cas (58,33%).
  • Grande efficacité (disparition des signes et des symptômes, pas de rechute à 1 an) : 8 cas (11,11%).
  • Efficacité moyenne (disparition ou amélioration nette des symptômes, amélioration nette des signes avec diminution du nombre des nodules pelviens ou réduction en taille des kystes de plus d’un tiers ou diminution des adhérences des organes pelviens avec augmentation des activités de ces derniers) : 17 cas (23,61%)
  • Sans efficacité (aucune amélioration ou aggravation) : 5 cas (6,95%).
  • L’efficacité totale est de 93,05%.

D’après ces auteurs, la grande efficacité de l’acupuncture-moxibustion dans le traitement de cette pathologie provient très probablement du fait que cet art de guérison peut réguler les fonctions des ovaires et du système endocrinien, les microcirculations et les mécanismes immunitaires. La chaleur dégagée par la moxibustion peut aider à améliorer la microcirculation dans les organes pelviens, ce qui peut contribuer d’une part, à la désintégration et à l’élimination des foyers d’endométriose et, d’autre part, à la dissolution des adhérences.

12) Étude comparative du traitement de l’endométriose par les points Shu-Mu par SUN Yuan Zheng, CHEN Hong Lin (Hôpital n°2 de l’Université de médecine et de pharmacologie chinoises de la province de Hei Long Jiang)

Sur le plan pathologique, cette maladie ne s’éloigne pas du Yu Xue (sang stagnant ou coagulé). Il s’agit d’un Yu Xue qui provient du sang qui a quitté l’utérus pour aller ailleurs, avant de stagner puis s’accumuler. Le Yu Xue dont on parle ici est avant tout un élément pathologique qui devient par la suite un élément pathogène.

Sur le plan étiologique, cette maladie peut avoir de nombreuses causes :

– Atteinte interne par des aliments de nature froide ou des aliments réfrigérés consommés pendant les périodes menstruelles ou la période du post-partum, ou atteinte du Vent-Froid externe. Dans ces deux cas, le Froid fait stagner le Xue.

– Colères et mécontentement troublant le bon fonctionnement du Foie. Il en résulte que le Qi monte à contre-courant en laissant en place le Xue, d’où la stagnation de ce dernier.

– Anxiété, dépression, excès d’activité intellectuelle perturbant la Rate qui ont pour conséquence un déficit du Qi et une stase de Xue.

– Opération chirurgicale endommageant le Chong Mai, le Ren Mai. Cette opération peut laisser des déchets de sang s’ils ne sont pas complètement nettoyés.

– Déficit du Yang des Reins qui ne peut plus réchauffer le corps, d’où le ralentissement de la circulation du Xue.

En somme, cette maladie est causée par le dysfonctionnement du Foie, de la Rate et des Reins, d’où l’usage des points Shu-Mu de chacun de ces organes avec une efficacité globale à 90% qui est supérieure à celle des autres traitements.

13) L’observation des effets antalgiques de l’acupuncture-moxibustion dans le traitement de l’endométriose par NI Sheng Ju et LI Qiang Yun (Service gynécologique de l’Hôpital « Long Hua », dans la ville de Shang Hai)

L’endométriose est une maladie gynécologique courante difficile à traiter. Jusqu’à présent, la médecine occidentale ne connait pas de bon traitement face à ce cas. Le traitement le plus courant que cette médecine propose est la prise de Danazol dont les effets indésirables sont nombreux et importants. Parmi eux, on trouve : aménorrhée, atteinte du foie et masculinisation. La maladie peut rechuter après l’arrêt de la prise de ce médicament. Par ailleurs, son coût est élevé. Quant au traitement chirurgical, il n’empêche pas non plus la rechute.

La MTC peut traiter efficacement cette pathologie. Par le passé, on employait surtout la pharmacopée ; on recourait alors rarement à l’acupuncture-moxibustion. Selon les auteurs de cet article, cette thérapie procure de très bons effets antalgiques et elle peut même réduire assez nettement et rapidement la taille des nodules et des kystes. Ces effets ont été confirmés par l’échographie et les examens gynécologiques modernes. Il s’agit là des effets dits « Fu Zheng Qu Xie » (soutenir le Zheng Qi et expulser les Xie Qi), effets qui, selon le langage occidental, font augmenter la défense immunitaire du corps. Dans ces effets, il y a l’élimination du Yu Xue et des tumeurs. Par ailleurs, l’acupuncture-moxibustion peut réguler le métabolisme des oligoéléments.

 

********