ATC-19

A.T.C Recueil n°19

23,00€

Textes sélectionnés, adaptés, traduits et annotés
par
LIN Shi Shan

  • 132 pages
  • Format A5 (14 cm x 20,5 cm)
  • ISBN 978-2-910589-37-0

 

Rubrique : Développement théorique

1) Recherche sur la notion du Tian Gui (Eau Céleste)
2) À propos de la relation entre le Cœur et la gynécologie (traditionnelle chinoise)


Rubrique
: Cas cliniques en gynécologie

3) Exemples de traitement des maladies gynécologiques
4) 4 cas de maladies gynécologiques traités en acupuncture-moxibustion selon la différenciation des syndromes physiopathologiques


Rubrique
: Facteurs augmentant l’efficacité de l’acupuncture

5) Analyse sur les facteurs augmentant l’efficacité de l’acupuncture-moxibustion
6) À propos de quelques facteurs influant les effets de l’acupuncture


Rubrique
: Méthode « disperser le Sud et tonifier le Nord »

7) La signification et les points à employer de la méthode dite « disperser le Sud et tonifier le Nord »
8) L’application de la méthode « disperser le Sud et tonifier le Nord »

9) Petite discussion sur la méthode « disperser le Sud et tonifier le Nord »


Rubrique
: Points Xi

10) L’analyse sur les effets antalgiques des points Xi des Méridiens Yang dans le traitement de 92 cas de gastralgie aiguë
11) L’application clinique des points Xi dans les cas aigus


Rubrique
: Otite moyenne

12) 81 cas d’otite moyenne suppurée traités par des points distaux des Méridiens concernés par WANG Yu (président de l’Association d’acupuncture-moxibustion chinoise d’Argentine)
13) 30 cas d’otite moyenne traités par la puncture du Méridien de la Vésicule Biliaire

14) Otite moyenne chronique traitée par la puncture de Shen Zhu (12 D.M.)


Rubrique
: Sciatique

15) 50 cas de sciatique traités par la puncture de Cuan Zhu (2 V.) et de Feng Chi (20 V.B.)
16) 58 cas de sciatique traités par la puncture de Cuan Zhu (2 V.) et de Yang Lao (6 I.G.)
17) 1010 cas de sciatique traités par Da Zhui (14 D.M.) associé à Bai Hui (20 D.M.) et à Ren Zhong (26 D.M.)
18) Traitement de la sciatique par la puncture de Tou Lin Qi (15 V.B.) et de Qu Cha (4 V.)


Rubrique
: Ténosynovite sténosante de l’apophyse styloïde du radius (ou maladie de De Quervain)

19) 34 cas de ténosynovite sténosante de l’apophyse styloïde du radius (ou maladie de De Quervain) traités par l’acupuncture
20) La ténosynovite sténosante de l’apophyse styloïde du radius traités par la moxibustion appliquée sur une lamelle de gingembre


Rubrique
: Tissus mous

21) Observation de l’efficacité des points Luo en puncture croisée dans le traitement des lésions des tissus mous
22) Les douleurs de lésion des tissus mous traitées par la puncture de Wai Guan (5 T.R.) et de Xiao Jie (point hors Méridien)

 

**********

Rubrique : Développement théorique

1) Recherche sur la notion du Tian Gui (Eau Céleste) par JIANG Hai Shen (Service de médecine chinoise de l’Hôpital central de la marine de l’Armée populaire de libération de Chine à Bei Jing)
L’une des notions importantes de la MTC, le Tian Gui (Eau Céleste) est un terme d’ordre physiologique et pathologique. Depuis longtemps, on sait que le Tian Gui joue un rôle important dans les activités sexuelles et procréatives de l’homme mais les grands médecins des différentes époques historiques chinoises n’ont pas un même avis sur cette notion. Et, de nos jours, les avis demeurent encore partagés. Il s’agit d’un terme propre à la MTC que les Anciens ont utilisé pour expliquer certains phénomènes physiologiques et pathologiques. Puisque cette notion n’est pas tout à fait élucidée, il est difficile de l’appliquer de façon efficace en clinique. C’est pourquoi une étude sérieuse sur la réalité et sur les fonctions physiopathologiques du Tian Gui est indispensable. Une telle étude donnera des références valables et utiles pour la pratique. Elle apportera également une petite contribution à la standardisation et au développement de la MTC.

2) À propos de la relation entre le Cœur et la gynécologie (traditionnelle chinoise) par YAO Shi An (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Nan Tong, province de Jiang Su)
YU Tian Min, un médecin du 15ème siècle (époque Ming) a dit : « De nombreuses maladies des femmes proviennent du Cœur». Ce propos montre que les Anciens ont depuis longtemps constaté que les problèmes du Cœur peuvent être à l’origine de nombreuses maladies des femmes. Le Cœur dont on parle ici n’est pas le Xin Zang (l’organe cœur) mais le Xin-Shen (Cœur-Esprit). Par la pratique, l’auteur de cet article a pu observer que de nombreux cas gynécologiques sont en relation avec des problèmes du Cœur. Cependant, ce point de vue n’a pas fait l’objet d’une recherche approfondie dans les ouvrages gynécologiques traditionnels chinois. Le présent article tend à en apporter une analyse et un approfondissement.
1. Le Cœur dirige les Zang Fu, régit les Xue Mai (vaisseaux sanguins). Le fonctionnement du Maître assure le bon fonctionnement des subordonnés
2. Le « tremblement du Cœur » dû aux soucis, à l’affolement (frayeur), à l’anxiété, à la rancœur (haine) immodérée et à la colère excessive entraîne des maladies
3. Vérifier les facteurs déclencheurs et chercher les causes avant de traiter
4. Traiter à la fois la Déficience et la Plénitude

***

Rubrique : Cas cliniques en gynécologie

3) Exemples de traitement des maladies gynécologiques par l’acupuncture-moxibustion par DU Xiao Shan (Hôpital de médecine chinoise de la ville de Wu Xi, province de Jiang Su)
Le traitement des maladies gynécologiques en MTC a une longue histoire (plusieurs fois millénaires). En tant que l’un des procédés thérapeutiques de cette médecine, l’acupuncture-moxibustion a des effets remarquables dans le traitement de ces maladies. Dans la pratique, l’auteur de cet article applique le diagnostic par la différenciation des syndromes physiopathologiques pour traiter ces dernières et il obtient souvent de bons résultats comme en témoignent les deux cas cliniques rapportés :
1. Maux de tête pendant les règles
2. Syndrome de ménopause

4) 4 cas de maladies gynécologiques traités en acupuncture-moxibustion selon la différenciation des syndromes physiopathologiques par FANG Zong Chou (Hôpital de l’Institut médical du chemin de fer de la ville de Nan Jing)
1. Règles retardées et syndrome prémenstruel
2. Règles prolongées avec douleurs abdominales
3. Dysménorrhée
4. Leucorrhées blanches

***

Rubrique : Facteurs augmentant l’efficacité de l’acupuncture

5) Analyse sur les facteurs augmentant l’efficacité de l’acupuncture-moxibustion par XING Wen Tang (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital de la faculté de médecine de la ville de Ta Tong, province de Shan Xi)
Concrètement, l’augmentation de l’efficacité de l’acupuncture-moxibustion se résume en deux points :
1. La réduction de la durée du traitement
2. L’augmentation du degré de la guérison et l’élargissement du champ thérapeutique. Voici les principaux facteurs permettant d’augmenter cette efficacité :
– la différenciation des syndromes (formes) physiopathologiques
– l’état d’esprit du patient (et du praticien)
– les points d’acupuncture aux effets spécifiques
– l’obtention du Qi (sensations acupuncturales)
– les manipulations d’aiguilles et les manières dont on applique la moxibustion
– la constitution de chaque individu / le facteur temporel.

6) À propos de quelques facteurs influant les effets de l’acupuncture par YU Min Lan , YU Bin Lan (Hôpital de la province de Hei Long Jiang)
Pour obtenir les meilleurs effets de l’acupuncture, tous les acupuncteurs ont admis depuis longtemps qu’il faut bien choisir et localiser les points et également appliquer une bonne insertion d’aiguille. Le présent texte évoque plutôt d’auteurs facteurs, souvent négligés par la plupart des acupuncteurs, qui peuvent directement ou indirectement influencer les effets de l’acupuncture :
1. Le choix des aiguilles.
2. La position du corps du patient lors de la puncture.
3. La température de la pièce de puncture.
4. Le psychisme du patient

***

Rubrique : Méthode « disperser le Sud et tonifier le Nord »

7) La signification et les points à employer de la méthode dite « disperser le Sud et tonifier le Nord » par ZHANG Zai Yi (Hôpital populaire n° 1 de la ville de Shang Hai)
L’une des méthodes thérapeutiques de tonification et de dispersion, la méthode « disperser le Sud et tonifier le Nord » est issue de la 75ème difficulté du « Nan Jing » (Canon des difficultés) : « Quand l’Est est en plénitude et que l’Ouest est en déficience, disperser le Sud et tonifier le Nord ». Les grands médecins de différentes époques historiques chinois n’ont pas le même avis sur la signification de cette notion. De nos jours, rares sont ceux qui cherchent à l’éclaircir sur le plan théorique. Quant à son application concrète notamment la question du choix des points, il y a très peu de praticiens qui s’y intéressent. L’auteur de cet article apporte mon avis sur ces questions, avis basé sur l’expérience clinique et des recherches personnelles.
1. Explications théoriques de la notion « L’Est en plénitude et l’Ouest en déficience »
2. La signification de « disperser le Sud et tonifier le Nord »
3. Le choix des points d’acupuncture dans la méthode « disperser le Sud et tonifier le Nord » :
A) Points pour disperser l’organe Cœur (Sud) et tonifier l’organe Reins (Nord)
B) Points pour disperser le Méridien du Cœur et tonifier le Méridien des Reins.
C) Points biorythmique du Foie et des Reins

8) L’application de la méthode « disperser le Sud et tonifier le Nord » par XU Ju Mei (Service d’acupuncture-moxibustion de l’hôpital de médecin chinoise, district de Guang Rao, province de Shan Dong)
Cette méthode a été conçue selon les lois d’entraide et de contrôle mutuels de la théorie des 5 Éléments. Elle est essentiellement appliquée en cas de déficience des Reins qui ne peut plus contenir le Foie d’où un excès de Feu du Foie et de Feu du Cœur. Concrètement, il faut dans ce cas accroître le Yin des Reins, abaisser le Yang du Foie et disperser le Feu du Cœur pour rétablir l’équilibre entre les organes vitaux selon les lois d’entraide et de contrôle mutuelles des 5 Éléments. L’abaissement du Yang du Foie, la dispersion du Feu du Cœur et l’accroissement du Yin des Reins constituent la base de la méthode « disperser le Sud et tonifier le Nord » qui peut être appliquée dans de nombreuses maladies. Une application adéquate de cette méthode permet d’obtenir de très bons résultats.

9) Petite discussion sur la méthode « disperser le Sud et tonifier le Nord » par LI Ming Xia (Section d’acupuncture et de massage de l’Université de médecine et de pharmacopée chinoise de Bei Jing)
La dispersion du Feu-Cœur (Sud) correspond à faire diminuer les énergies du Feu-Cœur qui est le Fils du Bois-Foie. Diminué, le Feu-Cœur cherche à prendre les énergies auprès de sa Mère qui est le Bois-Foie, ce qui affaiblit ce dernier. La faiblesse du Bois-Foie entraîne celle du Feu-Cœur. Ainsi, le Métal-Poumon n’est plus agressé par le Feu-Cœur et il retrouve sa force pour pourvoir à nouveau dominer le Bois-Métal. L’Eau est le Fils du Métal. Le renforcement de l’Eau-Reins (Sud) permet d’augmenter les énergies du Fils qui est le Métal-Poumon. Renforcée, l’Eau-Reins ne cherche pas à prendre les énergies du Métal qui est sa Mère, ce qui permet au Métal-Poumon de garder pleinement ses énergies. Par ailleurs, le renforcement de l’Eau-Reins permet de mieux contrôler ou d’affaiblir davantage le Feu-Coeur, ce qui permet au Métal-Poumon de rester fort afin de pouvoir dominer le Bois-Foie. C’est alors que la plénitude de ce dernier est freinée.

***

Rubrique : Points Xi

10) L’analyse sur les effets antalgiques des points Xi des Méridiens Yang dans le traitement de 92 cas de gastralgie aiguë par YANG Jin Hua et CAO Hui Ying (École de santé de la province de Ning Xia)
Quelles sont les douleurs aiguës dont parlent les textes d’acupuncture qui correspondent aux indications thérapeutiques des points Xi des Méridiens Yang ? Les auteurs de cet article affirment par une observation sur 92 cas de gastralgie aiguë et par des années de pratique clinique que les points Xi traitent principalement les douleurs aiguës situées sur les trajets externes des Méridiens.

11) L’application clinique des points Xi dans les cas aigus par CUI Shu Li (Bureau de recherche en acupuncture-moxibustion de l’Institut de recherche en médecine chinoise de Chine à Beijing ) et XU Pei Chang (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital Guang An à Beijing)
1. L’emploi des points Xi selon la différenciation des syndromes physiopathologiques. Cas clinique n° 1 (parodontite) ; Cas clinique n° 2 (gingivite)
2. Les points Xi des Méridiens Yin peuvent traiter des douleurs. Cas clinique (entérospasme)
3. L’usage des points Xi dans la désobstruction des Jing Luo. Cas clinique (lombalgie)
4. L’usage des points Xi dans la régulation des fonctions des Zang Fu. Cas clinique n° 1 (asthme) ; Cas clinique n° 2 (syndrome de cochon courant)

***

Rubrique : Otite moyenne

12) 81 cas d’otite moyenne suppurée traités par des points distaux des Méridiens concernés par WANG Yu (président de l’Association d’acupuncture-moxibustion chinoise d’Argentine)
L’auteur de cet article, président de l’Association d’acupuncture-moxibustion chinoise d’Argentine a traité avec de bons résultats 81 cas d’otite moyenne suppurée par des points distaux des Méridiens concernés. Le Shou Shao Yang, le Zu Shao Yang et le Shou Tai Yang se rejoignent aux oreilles d’où le choix de : Wai Guan (5 T.R.), Zu Lin Qi (41 V.B.), Wàn Gu (4 I.G.) Ce dernier est associé à Kun Lun (60 V.) dont le méridien (Zu Tai Yang) et le Shou Tai Yang sont de la même famille (Tai Yang). Ensemble, ces points se renforcent dans l’élimination de la chaleur en plénitude du Foie et de la Vésicule Biliaire.

13) 30 cas d’otite moyenne traités par la puncture du Méridien de la Vésicule Biliaire par XUN Guang Xi, LU Jian Ping et TIAN Li Ya (Hôpital populaire de la ville de Wei Fang, province de Shang Dong)
Selon le chapitre 10 du Ling Shu, une branche du Jing Mai (branche principale) du Zu Shao Yang part du point Feng Chi (20 V.B.) avant de pénétrer à l’intérieur de l’oreille. Elle en sort au devant de cette dernière pour aller atteindre le canthus externe. Le Zu Shao Yang est donc un Méridien très impliqué dans cette maladie d’où le choix de Yang Ling Quan (34 V.B.) qui en est le point He inférieur. La libre circulation du Qi de la Vésicule Biliaire favorise la circulation dans le San Jiao (Triple Réchauffeur) et la montée du Qi de la Rate, ce qui permet à l’organisme d’éliminer l’Humidité afin de guérir l’otite. Les effets de ce point sont soutenus par ceux de Ting Hui (2 V.B.) qui est un point local et qui peut agir directement au niveau de l’oreille.

14) Otite moyenne chronique traitée par la puncture de Shen Zhu (12 D.M.) par TAN Yu Hu , WANG Xiao Hong (Service d’acupuncture-moxibustion de l’Hôpital n° 2 de la faculté de médecine de la province de He Bei)
Le traitement de l’otite moyenne chronique par le point Shen Zhu (12 D.M.) est une méthode personnelle de ZHAO Zhen Chuan, directeur de service d’acupuncture-moxibustion qui a plus de 50 ans de pratique. Ces dernières années, les auteurs de cet article ont traité 16 cas de cette maladie par cette méthode avec des résultats satisfaisants.

***

Rubrique : Sciatique

15) 50 cas de sciatique traités par la puncture de Cuan Zhu (2 V.) et de Feng Chi (20 V.B.) par WANG Cai Yun, XIAO Li (Clinique du laboratoire pharmaceutique « Ding Heng Sheng » dans la ville de Qi Qi Ha Er, province de Hei Long Jiang) etc.
Cuan Zhu (2 V.) et Feng Chi (20 V.B.) appartiennent respectivement au Zu Tai Yang et au Zu Shao Yang. À partir de la région lombo-fessière, ces deux Méridiens ont le même trajet que celui du nerf sciatique. C’est pourquoi le choix de ces deux points est conforme au principe « les Méridiens peuvent traiter les zones qu’ils traversent ». La puncture de ces deux points peut désentraver le Qi dans ces deux Méridiens en arrêtant ou en diminuant les névralgies sciatiques.

16) 58 cas de sciatique traités par la puncture de Cuan Zhu (2 V.) et de Yang Lao (6 I.G.) par HUANG Wen Yan et XU Si Wei (Hôpital populaire n° 1 de la ville de Shang Hai)
Le choix de ces deux points est conforme au principe « les Méridiens peuvent traiter les zones qu’ils traversent ». En puncturant Cuan Zhu (2 V.), on élimine le Vent et dégage le Qi du Zu Tai Yang. Il s’agit du choix des points du haut traitant des maladies du bas. Yang Lao (6 I.G.) est le Point Xi du Shou Tai Yang. Or, les points Xi des Méridiens Yang sont particulièrement efficaces contre les douleurs. Le Shou Tai Yang et le Zu Tai Yang sont de la même famille (Tai Yang). Les effets de ces deux points peuvent donc s’amplifier.

17) 1010 cas de sciatique traités par Da Zhui (14 D.M.) associé à Bai Hui (20 D.M.) et à Ren Zhong (26 D.M.) par ZHANG Qing Xi et HUANG Fu De (Hôpital populaire n° 3 du district de Pu Xian, province de Shan Dong)
De 1980 à 1995, les auteurs de cet article ont traité la sciatique avec de bons résultats en employant Da Zhui (14 D.M.) associé à Bai Hui (20 D.M.) et Ren Zhong (26 D.M.) : 510 cas guéris, 293 cas grandement améliorés, 207 cas moyennement améliorés.

18) Traitement de la sciatique par la puncture de Tou Lin Qi (15 V.B.) et de Qu Cha (4 V.) par LUAN Ji Ping (Hôpital populaire de la ville de Tai Xing dans la province de Jiang Su)
Utilisés ensemble, ces deux points font circuler le Yang Qi, dispersent le Vent pathogène dans le Zu Shao Yang, conduisent le Qi jusqu’à atteindre la couche superficielle. Il régulent non seulement la circulation du Qi mais également celle du Xue (sang). Leurs actions entraînant une désobstruction qui fait disparaître les douleurs. Il s’agit également du choix de points du haut lorsque la maladie se trouve en bas.

***

Rubrique : Ténosynovite sténosante de l’apophyse styloïde du radius (ou maladie de De Quervain)

19) 34 cas de ténosynovite sténosante de l’apophyse styloïde du radius (ou maladie de De Quervain) traités par l’acupuncture par WANG Chun (Clinique « Run He » du district Ying Shang, province d’An-Hui)
La ténosynovite sténosante de l’apophyse styloïde du radius (ou ténosynovite sténosante de De Quervain ou maladie de Quervain tout court) est très fréquente en rhumatologie. En médecine occidentale, on recourt en général à une opération chirurgicale pour dégager les tendons atteints. Du juillet 1993 à juillet 1996, l’auteur de cet article a traité 34 cas en utilisant l’acupuncture avec de résultats satisfaisants.

20) La ténosynovite sténosante de l’apophyse styloïde du radius traités par la moxibustion appliquée sur une lamelle de gingembre par CHEN Pu Qing, PU Shang Xi (Centre thérapeutique des douleurs cervicales, scapulaires et lombaires de l’Hôpital de médecine chinoise du district de Yu Qing, province de Gui Zhou)
Cette maladie appartient au domaine « Shang Jin » (lésion des tissus tendino-musculaires) de la MTC. Sur le plan étiopathologique, elle est due à une obstruction du Qi et du Xue (sang) avec une accumulation interne du « Shi Du » (toxines d’Humidité). Le gingembre frais réchauffe les Méridiens en dispersant le Froid. L’armoise du moxa régule la circulation du Qi et du Xue, expulse le Froid et l’Humidité, réchauffe les Méridiens et arrête les douleurs.

***

Rubrique : Tissus mous

21) Observation de l’efficacité des points Luo en puncture croisée dans le traitement des lésions des tissus mous par DUAN Wei Ming (Hôpital de pneumologie de la ville de Tang Shan, province de He Bei) etc.
Depuis plus de 10 ans, les auteurs de cet article les lésions des tissus mous avec des résultats satisfaisants par les points Luo en puncture croisée (Miu Ci). Il s’agit des traumatismes causés par : entorse, contusion, chute, faux mouvement, efforts physiques exagérés etc.

22) Les douleurs de lésion des tissus mous traitées par la puncture de Wai Guan (5 T.R.) et de Xiao Jie (point hors Méridien) par ZHANG Zhen Liang, ZHANG Hong (Hôpital « Long Shan » du district de Luo Shan, province de He nan)
En 1957, lors d’une formation continue à la section d’acupuncture-moxibustion du centre de consultation médicale de la commission militaire de l’armée de terre, les auteurs de cet article ont appris par le professeur OU-YANG Jin Ge la méthode consistant à employer Wai Guan (5 T.R.) et Xiao Jie pour traiter les lésions des tissus mous. Depuis plusieurs années, ils appliquent cette méthode qui donne de très bons résultats.

 

**********