LIN Shi Shan 林诗山



D’origine chinoise, LIN Shi Shan est arrivé en France en 1977.

Depuis cette date, il ne cesse de traduire la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Il parle le mandarin, le cantonnais et le vietnamien. Sa maîtrise du chinois médical classique et moderne ainsi que son expérience de près de quarante ans font de lui un véritable spécialiste en matière de traduction de textes médicaux traditionnels chinois.

De 1978 et 1984, il a traduit pour le compte d’un médecin acupuncteur lorrain plusieurs ouvrages dont le « Ling Shu 灵枢 » et le « Zhen Jiu Jia Yi Jing 针灸甲乙经 », deux grands classiques presque entièrement consacrés à l’acupuncture.

De 1984 à 1991, il a été au service de « L’Université Européenne de Sinobiologie », une association alsacienne qui enseignait la MTC grâce aux cours du Professeur Leung Kok Yuen (décédé en 2013) , un acupuncteur originaire de Hong Kong (qui donnait ses cours en cantonnais et qui a compté parmi ses disciples de nombreux enseignants et praticiens de la MTC en France, André Faubert notamment). Pendant cette période, LIN Shi Shan a été chargé de traduire tous les cours de ce professeur, en particulier ceux sur les « Zhong Liu 肿瘤 » (tumeurs malignes) et également des ouvrages tels que « l’Atlas des langues et des enduits linguaux en médecine chinoise » (coédité en 1986 par People’s Medical Publishing House de Pékin et par les éditions Sinomédic), et la «Méthode didactique de phytothérapie chinoise» (Fondation Leung Kok Yuen, 1991).
Pour ce travail, il a été amené à résider à Vancouver près de ce professeur pendant trois ans et également à effectuer trois voyages en Chine (1986, 1987, 1989) où il a fait la connaissance de nombreux médecins de formation traditionnelle et de l’équipe des dirigeants de « People’s Medical Publishing House » (Ren Min Wei Sheng Chu Ban She 人民卫生出版社), le plus grand éditeur médical chinois.

En 1991, il a créé l’«Institut Yin-Yang » pour éditer ses propres ouvrages de traduction et de synthèse. Depuis cette date, plus de vingt titres de livre et presque quarante recueils d’ATC (collection « Acupuncture tradtionnelle chinoise ») ont été publiés.